Sahara marocain, lutte contre le terrorisme... Nasser Bourita et José Albares affichent une entente sur toute la ligne

Nasser Bourita et José Manuel Albares ont longuement échangé mardi 10 mai 2022 à Marrakech. C’est leur première rencontre officielle de la nouvelle ère des relations entre Rabat et Madrid, initiée le 7 avril 2022 par les entretiens entre le Roi Mohammed VI et le président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, lors de la visite de ce dernier à Rabat. Ce qui ressort de leurs déclarations, c’est une entente sur toute la ligne. A commencer par la question du Sahara. José Manuel Albares a tenu à réitérer le soutien de son gouvernement à l’initiative marocaine d’autonomie «comme la base la plus sérieuse, réaliste et crédible en vue de parvenir à une solution mutuellement acceptable dans le cadre des Nations unies».

«Le Royaume salue hautement la nouvelle position de l’Espagne. Cette position est en pleine harmonie avec la vision du Conseil de sécurité, les orientations des forces vives de la communauté internationale, ainsi que la position de nombreux pays européens et de la plupart des pays arabes et africains. Les parties qui veulent trouver une solution à ce conflit artificiel doivent s'engager dans le seul cadre possible: l’initiative marocaine d'autonomie», a déclaré M. Bourita. Il a précisé que la nouvelle étape dans les relations entre Rabat et Madrid, initiée depuis le 7 avril, «n’est destinée contre personne mais elle est dans l’intérêt de nos deux pays». Son objectif, comme a dit Sa Majesté le Roi, est de développer le partenariat et ne vise personne. «Elle est aux services de nos intérêts, pour développer nos entreprises et renforcer la sécurité et la stabilité», a-t-il expliqué. «Quiconque veut continuer à soutenir un processus international interminable ne cherche pas à trouver une solution à ce conflit; alors que les parties qui aspirent à le faire poussent vers une solution réaliste et unique, à savoir l’initiative marocaine d'autonomie», a-t-il martelé.

Pour José Manuel Albares, le soutien espagnol sur cette question est entier. Mieux encore, il a assuré que les deux pays avancent à pas sûrs dans la mise en œuvre de la déclaration conjointe, adoptée lors de la visite de Pedro Sanchez au Maroc. La coopération bilatérale renforcée et multidimensionnelle, pour lui, renforce cette nouvelle ère. Notamment dans le domaine sécuritaire et de l’immigration. Seule la coopération entre les deux pays est garante de la sécurité et de la prospérité des deux peuples, a-t-il ajouté.

«L’Espagne est engagée aux côtés du Maroc pour lutter contre le terrorisme», a souligné M. Albarès.

Il a fait part, également, de la volonté de son pays de hisser cette coopération au rang d’une coopération systématique dans tous les domaines bilatéraux.