Sahara marocain: Le Polisario rejette la médiation des Etats-Unis


Le Front Polisario n'a pas tardé à réagir à la médiation proposée par les Etats-Unis relative au différend autour du Sahara marocain. Et il l'a fait vertement en insistant, dans un communiqué rendu public ce 2 septembre 2023, sur l'organisation d'un soi-disant référendum d'autodétermination dans les provinces du Sud. 

En effet, le mouvement séparatiste sahraoui ne semble pas avoir goûté l'appel au "réalisme" formulé par l'oncle Sam par le biais de son secrétaire d'Etat adjoint pour l'Afrique du Nord, Joshua Harris, qui s'est rendu dans les camps de Tindouf dans le cadre d'une tournée maghrébine qui doit également le mener au Maroc. A cet égard, il a affirmé que "pour soutenir véritablement et efficacement les efforts de l'envoyé personnel, il faut réunir les conditions à même de permettre à la MINURSO de remplir le mandat dont l'a investie le Conseil de sécurité conformément au plan de règlement ONU-OUA de 1991".

Pour le Polisario, il s'agit bien évidemment d'une fuite en avant étant donné que le Conseil de sécurité lui-même ne fait plus allusion à l'organisation d'un référendum depuis juin 2001. Et sa dernière résolution, en date du 27 octobre 2022, n'y pas non plus échappé.

Sur le plan diplomatique, le Polisario ne bénéficie plus du soutien que d'une trentaine de pays en vue d'établir sa pseudo "République arabe sahraouie démocratique" (RASD), au nom de laquelle il revendique le Sahara marocain.

Pour sa part, le Maroc a vu, à partir de décembre 2019, de nombreux pays ouvrir des consulats à Laâyoune et Dakhla, sans compter d'autres qui avaient annoncé qu'ils allaient le faire, dont d'ailleurs les Etats-Unis. Le 17 juillet 2023, Israël avait été le dernier de ces pays qui avaient exprimé leur intention de se doter d'une représentation diplomatique dans les confins sahariens du Royaume.

Lire aussi

Articles similaires