Sada9a, la plateforme qui veut favoriser l'entraide

Applications

En puisant dans ses propres deniers, Hicham Kadiri vient officiellement de lancer ce 26 juin Sada9a, l’application de dons totalement gratuite qui se veut la première entre particuliers du Maroc. Et bientôt, aussi, peut-être d’Afrique.

L’entrepreneuriat, Hicham Kadiri l’a dans le sang, lui qui dirige actuellement deux entreprises -K&K Group et BecomeITExpert.com, respectivement spécialisées dans les services du numérique et dans le e-learning. Et c’est tout naturellement que le jeune Maroco- Français natif d’Oujda -en 1988- a cherché à user de ses talents pour aider à parer aux effets socioéconomiques négatifs de la pandémie de Covid-19. Résultat, Sada9a, une application de dons qui se veut la première entre particuliers du Maroc.

Lancée début juin en version bêta, elle est désormais pleinement fonctionnelle sur Android et iOS, après avoir été fignolée plus de trois semaines durant par ses équipes -qui regroupent sept personnes travaillant à plein temps, comme nous le souffle M. Kadiri. Ce que propose concrètement Sada9a, c’est non seulement de pouvoir faire des dons en numéraire, comme pourrait le laisser suggérer son nom en darija -qui veut dire “aumône”, ce qui lui a d’ailleurs valu la critique “injuste” selon M. Kadiri de la part de certains confrères d’encourager la mendicité-, mais aussi en nature, que ce soit des objets ou de la nourriture, et en savoir: en fait, l’application vise, plus largement, à favoriser l’entraide, surtout au niveau des quartiers. Ainsi, elle permet de savoir si quelqu’un alentour a besoin d’aide, et ce de quelque sorte qu’elle soit.

Si le concept peut rappeler l’application m3ak.ma, que deux étudiants de l’école de programmation “1337” du groupe OCP avaient lancée le 26 mars (lire Maroc Hebdo au quotidien n°16), Sada9a demeure toutefois différente en ce sens qu’elle est moins ventilée et comporte, surtout, un service de géolocalisation. “Vous pouvez par exemple avoir une personne âgée qui veut déplacer un objet trop lourd pour elle, elle peut simplement prendre une photo et la mettre sur la plateforme pour demander de l’aide, comme cela ses voisins peuvent le savoir et décider, s’ils le peuvent, de l’aider,” détaille M. Kadiri. Pour développer Sada9a, M. Kadiri a investi 200.000 dirhams de sa propre poche, sans pour autant chercher à obtenir un retour financier: son objectif, insiste-t-il, est purement philanthropique.

Toutefois, pour soutenir le train des investissements qui seront nécessaires pour maintenir l’application, M. Kadiri compte s’associer à des institutionnels, notamment africains. Car, comme nous le confie ce dernier, l’objectif n’est pas de s’astreindre au seul Maroc mais également de se déployer dans le reste du continent, où fondamentalement les mêmes besoins se font ressentir. “Nous sommes actuellement en contact avec une ONG sénégalaise, et il se peut que nous bénéficiions de son soutien pour mettre en ligne Sada9a au Sénégal, ce qui serait formidable,” nous indique M. Kadiri, pas peu fier. Comme quoi, si charité commence par soi-même, elle n’est pas obligée de s’y arrêter...


Laisser un commentaire

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger