Russie: Les milices de Wagner mettent fin à la rébellion contre Poutine, Evguéni Prigojine part au Bélarus


Les forces du groupe paramilitaire Wagner se replient progressivement dimanche en Russie après le coup de force avorté de leur chef Evguéni Prigojine, en vertu d'un accord avec Vladimir Poutine qui sort affaibli de cette crise inédite.

Evguéni Prigojine doit partir pour le Bélarus, a annoncé samedi soir la présidence russe, sans qu'on sache, dimanche, quand ce départ aux allures d'exil est prévu, ni où se trouve le tempétueux patron de Wagner.

Lors d'une équipée de 24 heures qui a mené ses milices à moins de 400 km de Moscou, voire même 200 selon lui, il a fait trembler le Kremlin avant de faire volte-face et d'ordonner à ses hommes de rentrer dans leurs bases, après une médiation du dirigeant bélarusse Alexandre Loukachenko, seul allié européen du Kremlin.

Signe que l'urgence de la crise semble passée, les combattants de Wagner ont quitté dimanche les régions de Voronej et de Lipetsk, au sud de Moscou, étapes de leur tentative de rallier la capitale, selon les autorités locales.

La veille, ils avaient quitté le QG militaire dont ils s'étaient emparé à Rostov (sud-ouest), centre névralgique des opérations en Ukraine, sonnant la fin de cette mutinerie afin d'éviter "un bain de sang", selon les mots d'Evguéni Prigojine.


 

Articles similaires