Le Royaume cherche-t-il d’autres fournisseurs de vaccins?

Le Maroc face à des difficultés d’approvisionnement en vaccins sur le marché international

Avec 500.000 doses du vaccin Sinopharm réceptionnées dimanche 7 mars 2021, le Maroc ne semble pas encore en mesure d’accélérer le rythme de la vaccination. Pour les experts, l’approvisionnement en vaccins devient de plus en plus difficile.

Malgré le succès prêté au Maroc concernant sa gestion de la campagne de la vaccination, il n’en demeure pas moins que la pression sur les stocks des vaccins pourrait être l’un des maillons faibles de la chaine. Si le Royaume vient de renforcer ce stock par la réception, dimanche 7 mars 2021, d’un nouveau lot de 500.000 doses du vaccin chinois Sinopharm, force est de constater que cette quantité est trop faible pour parvenir à un million de personnes vaccinées par semaine. Selon de nombreux experts, notamment marocains, il y a désormais une guerre des vaccins sur le marché international et le Maroc fera face dans l’avenir à une grande difficulté d’approvisionnement.

Une course effrénée au vaccin
D’où l’appel du Professeur Azzedine Ibrahimi, expert en biologie et directeur du laboratoire de biotechnologie de la faculté de médecine et de pharmacie de Rabat, qui a incité le gouvernement marocain à opérer une diversification des vaccins qui sont disponibles sur le marché. Notamment le vaccin russe Spoutnik V, dont l’efficacité et la crédibilité ont été prouvées par l’organisation mondiale de la santé.

Il y a aussi le vaccin américain Pfizer, mais sa disponibilité ne sera probablement pas garantie quand on sait que le gouvernement américain a décidé de consacrer une grande partie de la production à la vaccination des Américains. Un autre expert, en l’occurrence, Samir Machour, vice-président chez Samsung Biologics, parle d’une course effrénée et de plus en plus difficile à l’approvisionnement des vaccins. «193 pays ont commandé plus de 20 milliards de doses à livrer d’ici la fin de 2021.

La grande majorité de ces commandes, soit plus de 83%, proviennent des pays développés. Sauf que la capacité de production mondiale planifiée de tous les vaccins réunis ne dépasse pas 9,2 milliards de doses d’ici la fin de 2021 -ce qui est à peine suffisant pour vacciner environ 4,8 milliards de personnes (dans le cas où la totalité de la capacité planifiée est délivrée)», explique cet expert marocain de renommée internationale. AstraZeneca, Pfizer et Moderna ont ensemble une capacité de production combinée de 5,3 milliards de doses prévues pour fin 2021. Sinovac et Sinopharm, 1 milliard de doses chacun, Can- Sino, 200 millions de doses, Spoutnik, 500 millions de doses et Johnson&Johnson, un milliard de doses d’ici a fin 2021.

Cela signifie que l’autre moitié de la planète devra attendre 2023 pour être entièrement vaccinée et que les pays devront donner la priorité aux personnes qui devraient absolument être vaccinées par rapport a celles qui peuvent encore attendre. Pour Samir Machour, «la mise au point du vaccin Covid a pris moins d’un an. La fourniture du vaccin à tout le monde prendra probablement entre 2 et 3 ans». Outre les vaccins, les flacons, seringues, bouchons, et les équipements médicaux sont tous en pénurie chronique.

Cela dit, les prochaines semaines et les prochains mois seront difficiles pour notre pays. Il est certain que le Maroc recevra toutes les doses commandées, mais il va devoir certainement composer avec la réalité difficile du marché international et la forte demande des vaccins émanant du monde entier.

Articles similaires