Round-up. Tout ce qu'il faut retenir de l'affaire des tirs de projectile de Smara

Depuis plus de vingt-quatre heures, l'opinion publique marocaine suit avec attention les informations relatives aux tirs de projectiles enregistrés dans la nuit du 28 au 29 octobre 2023. 

 

Ce que l'on sait pour l'instant, c'est que personne ne les a encore officiellement revendiqués. Pas même le Front Polisario, et ce en dépit de ce qu'ont assuré de nombreux médias de la place. Dans un communiqué publié ce 29 octobre 2023, le mouvement séparatiste a, certes, évoqué des attaques au niveau du secteur de Smara, mais il est implicitement fait référence à des cibles militaires. Ce qui contredit donc les informations qui circulent quant à des tirs effectués par le Polisario, étant donné que les quartiers visés n'accueillent aucune infrastructure des Forces armées royales (FAR).

 

Par ailleurs, un mort est à déplorer. Comme nous l'avons révélé dans un article que nous avons publié, la victime, qui portait le nom de Hamza Jeaifri, était âgé de 29 ans. C'était un Marocain résidant en France, qui se trouvait à Smara pour rendre visite à une de ses tantes, installée depuis de nombreuses années dans la capitale spirituelle du Sahara marocain.

 

Outre M. Jeaifri, trois personnes ont été blessées, dont deux grièvement.

 

A l'heure actuelle, c'est le parquet de Laâyoune qui mène l'enquête pour tirer au clair ce qui s'est exactement passé. Un communiqué a d'ailleurs été publié par ses soins, qui indique que le procureur général du roi veillera à établir les effets juridiques qui s’imposent.

 

Pour sa part, la Minurso ne s'est fendu d'aucun commentaire, en dépit de la présence de nombreux de ses hommes dans les lieux ont eu ont eu lieu les tirs, comme l'attestent de nombreuses photos partagées sur les réseaux sociaux. La mission de paix de l'Organisation des Nations unies (ONU) au Sahara marocain n'a également pas donné suite aux sollicitations de Maroc Hebdo.

 

Enfin, il y a lieu de préciser que l'incident intervient à la veille presque d'un vote crucial au niveau du Conseil de sécurité qui vise justement à proroger le mandat de la Minurso.

Articles similaires