Rouler en électrique n'est pas pour demain

Les 27 pays européens approuvent la fin des moteurs thermiques en 2035

Bien que Royaume ait fait son entrée sur le marché des composants de voitures électriques, la transition des motorisations thermiques vers l’électrique reste à faire.

Les 27 Etats membres de l’UE viennent d’approuver, le 29 juin 2022, le projet de la Commission de réduire à zéro les émissions de CO2 des voitures neuves en Europe à partir de 2035, soit l’arrêt de facto des ventes de moteurs thermiques au profit de véhicules 100% électriques. Le Royaume est plus que jamais appelé à se préparer à cette échéance. En attendant, cette transition des motorisations thermiques vers l’électrique, qui a démarré depuis plus de dix ans en Europe, risque de prendre du temps chez nous.

Certes, et malgré la faible proportion de la mobilité propre au Maroc, le parc des voitures électriques et hybrides a doublé en deux ans. En effet, quelque 14 marques, 44 modèles électriques et hybrides circulent au Maroc en 2022. En 2020, le parc roulant en mode hybride et électrique comptait à peine 7 marques et 21 modèles. C’est dire le potentiel et les gisements de progression.

Néanmoins le secteur doit non seulement faire face à des barrières à l’achat de ce type de véhicules. A commencer par les prix qui restent chers, une offre limitée à des segments plutôt haut de gamme ou encore l’absence d’infrastructures, la rareté des bornes de recharge, le vide en termes d’incitations et de subventions à l’achat, le déficit de communication et de sensibilisation.

Rendre l’électrique accessible
D’ailleurs, les concessionnaires n’ont pas attendu longtemps pour monter au créneau en appelant à la mise en place des incitations, des aides, des subventions, des prix plus abordables en vue de rendre l’électrique accessible au plus grand nombre d’acquéreurs. Sur un autre plan, rappelons que le site de Bouskoura de STMicroelectronics a vocation à servir le marché en pleine expansion de l’automobile électrique, dont fait partie le géant américain Tesla Motors, comme l’avait indiqué Fabrice Gomez, directeur général de STMicroelectronics Bouskoura, lors d’une conférence de presse tenue il y a presque un an.

L’usine de Bouskoura, disait-il, qui a toujours été axée sur le marché automobile connaît, aujourd’hui, un vrai basculement vers l’électrification des véhicules. C’est dans cet esprit que le site de Bouskoura a mis en place de nouvelles lignes de production dédiées à la voiture électrique. Aussi, l’entrée du Maroc dans la production des puces électroniques propulse le Royaume en haut du tableau, grâce, notamment, à l’accord conclu par STMicroelectronics et Tesla.

Articles similaires