S.M. Le Roi lance la généralisation de la protection sociale

Un projet sociétal de grande envergure

Ce projet sociétal constitue une véritable révolution sociale, car il aura des effets directs et tangibles sur l’amélioration des conditions de vie des citoyens, la préservation de la dignité de tous les Marocains, outre sa participation à l’intégration du secteur informel.

Le mercredi 14 avril 2021, au Palais Royal de Fès, Sa Majesté le Roi Mohammed VI lance un projet sociétal d’envergure: la généralisation de la protection sociale. Un projet historique marqué au sceau de la solidarité. Un projet qui va s’étaler sur le temps. Ce mercredi du premier Ramadan sera un jour inoubliable pour tous les Marocains qui aspirent à vivre dans la paix et la dignité. Jour durant lequel eut lieu la cérémonie de lancement de la mise en oeuvre du projet de généralisation de la protection sociale et de signature des premières conventions y afférentes.

Une vision royale
Après la projection d’un film institutionnel sur les différentes initiatives entreprises par S.M. le Roi dans le domaine social, le ministre de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, Mohamed Benchaâboun, a prononcé une allocution devant le Souverain dans laquelle il a souligné que ce projet s’inscrit en droite ligne des orientations contenues dans le dernier discours du Trône, ainsi que dans celui adressé par le Souverain à l’occasion de l’ouverture de l’année législative 2020, et ayant trait au lancement d’un grand chantier de réforme pour la généralisation de la protection sociale au profit de larges franges de citoyens.

La loi–cadre préparée par le gouvernement sera la pierre angulaire et le cadre de référence pour la mise en oeuvre de cette vision royale dans le domaine de la protection sociale. Elle permettra d’assurer la mise en oeuvre optimale de cette réforme en fonction du calendrier et des axes fixés dans les discours du Souverain. Une réforme qui visera, d’abord, la généralisation de l’Assurance maladie obligatoire de base durant les années 2021 et 2022, et ce par l’élargissement de l’assiette des bénéficiaires de cette assurance pour inclure les catégories vulnérables bénéficiant du Régime d’assistance médicale et la catégorie des professionnels et travailleurs indépendants et personnes non-salariées, qui exercent une activité libérale, de sorte que 22 millions de personnes supplémentaires bénéficient de cette assurance, qui couvre les frais de traitement, de médicaments et d’hospitalisation.

Réformes structurelles
Elle visera, ensuite, la généralisation des allocations familiales durant les années 2023 et 2024 et ce, en permettant aux ménages, qui ne bénéficient pas de ces allocations, de toucher des indemnités couvrant les risques liés à l’enfance, ou des indemnités forfaitaires, n’a pas manqué de relever M. Benchaâboun, faisant observer que le troisième point consiste en l’élargissement en l’an 2025 de l’assiette des adhérents aux régimes de retraite Le quatrième point évoqué par le ministre a trait à la généralisation de l’indemnité pour perte d’emploi en l’an 2025 pour couvrir toute personne exerçant un emploi stable. La gestion de ces programmes à l’horizon 2025 nécessitera d’allouer pas moins de 51 milliards de dirhams, dont 23 milliards financés par le budget général de l’Etat.

La mise en oeuvre de ce projet nécessite la modification d’un ensemble de textes législatifs et réglementaires existants et le lancement d’un ensemble de réformes structurelles qui concernent la mise à niveau du système de santé, ainsi que le développement des modes de gestion, notamment ceux liés à la gouvernance des organismes de sécurité sociale. Des mesures d’accompagnement doivent également être adoptées et auront pour objectifs d’intensifier les programmes de formation et la consolidation des compétences médicales des professionnels de la santé.

Elles viseront également à renforcer les capacités médicales nationales tout en permettant l’ouverture de la pratique de la médecine aux compétences étrangères, l’encouragement des établissements internationaux de santé à travailler et à investir au Maroc, et la capitalisation sur des expériences réussies.