CGAM Hssabe 970X250

Les Robots de l'apocalypse, de Gabriel Banon

La guerre, ce mal absolu

Ce roman géopolitique, s’il raconte une histoire fictive, avec certains personnages sortis de l’imagination de l’auteur, ne se fonde pas, néanmoins, sur les anticipations que les études géopolitiques permettent.

Premier du genre au Maroc, «Les robots de l’apocalypse», le roman géopolitique de Gabriel Banon raconte une histoire fictive, avec des personnages tels que - entre autres- le président américain Anderson, l’écrivain-philosophe Henry Kurhman, le consultant international, Jean-Charles, ou le brillant avocat, Philippe. Purs produits de l’imagination de l’auteur. Personnages imaginaires d’un roman qui, néanmoins, «se fonde sur les anticipations que les études géopolitiques permettent».

Dès le début du roman, et à travers les deux amis d’enfance que sont Jean- Charles et Philippe, Gabriel Banon va, non seulement nous «faire traverser les décennies les plus agitées du monde jusqu’à la dernière guerre», mais aussi, «au travers de leurs débats, suivre l’évolution des cinq parties du monde». Jusqu’au bout, Philippe croira au miracle et Jean-Charles à la catastrophe imminente, nous dit en substance l’auteur. Pour Jean-Charles, le monde marche sur la tête, qu’il va à sa perte et que personne ne réagit.

Certes, «le monde est en train de changer», mais «malheureusement pas en mieux», dit-il. «On a toujours considéré que la science apportait la réponse à tous nos maux, que le progrès, les nouvelles technologies, allaient rendre notre vie plus facile, plus douce». Et bien, non. «Tout est détourné au profit de peu de gens. Pire, nous dit le personnage du roman, «regarde les progrès dans l’intelligence artificielle, ils sont déjà détournés vers des applications militaires».

Il y a, donc, de quoi s’inquiéter puisque, face aux tensions qui animent aujourd’hui la scène internationale, la crainte d’une possible guerre nucléaire est plus que jamais là. «Le déclin évident des Etats-Unis, la montée en puissance de la Chine et les ambitions de retour de la Russie, ne se passent pas sans heurts».

Tout au long de ce roman passionnant et bien documenté, l’auteur amène, ainsi, le lecteur dans les coulisses du pouvoir, lui fait vivre les hésitations et les états d’âme des responsables politiques à la Maison blanche, au Kremlin, à la nouvelle cité interdite de Pékin, en suivant l’enquête internationale sur l’attentat de Washington, qui va se conclure par la déflagration nucléaire.

Éditions la Croisée des Chemins, Casablanca, 2021, 184 pages.