Révélations sur la complicité du gouvernement Espagnol

Affaire de l'accueil sous une fausse identité de Brahim Ghali en Espagne

La presse espagnole révèle des détails de la complicité d’Alger et de Madrid au sujet de l’arrivée et de l’hospitalisation du chef du Polisario, Brahim Ghali, en Espagne et du choix même non fortuit de l’hôpital dans une localité dirigée par les socialistes, les “frères” de Pedro Sanchez.

De nouveaux rebondissements dans le scandale d’Etat lié à l’affaire Brahim Ghali. Des détails de la complicité d’Alger et de Madrid au sujet de l’arrivée et de l’hospitalisation du chef du Polisario, Brahim Ghali, en Espagne, ont été révélés par le média espagnol Okdiario.

Il en ressort que le gouvernement dirigé par le socialiste Pedro Sánchez a choisi un hôpital de la Rioja (San Pedro) du fait qu’il s’agit d’une localité dirigée par ses «frères» socialistes. Autre détail important, qui renseigne sur les manigances de l’Etat espagnol au plus haut niveau des centres de décision, c’est que l’avion qui transportait Brahim Ghali a atterri dans une base militaire, ce qui lui assurait toutes les chances de passer inaperçu. Ce n’est pas tout.

Okdiario ajoute que Fernando Morán Calvo-Sotelo, ambassadeur d’Espagne à Alger et fils de l’ancien ministre des Affaires étrangères sous le gouvernement de Felipe González, est celui qui a tout coordonné avec le chef du gouvernement, Pedro Sánchez, et avec la cheffe de la diplomatie espagnole, Arancha González Laya, et que le seul responsable gouvernemental qui a été écarté de cette vile machination était Margarita Robles, la ministre de la Défense. Laquelle Robles est qualifiée par les médias espagnols comme «une personne de confiance du gouvernement Sanchez».

Critiques acerbes
Okdiario rapporte aussi que le ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, était opposé à l’accueil, en Espagne, du chef des séparatistes car il savait pertinemment qu’une telle décision allait créer de grandes tensions avec le Maroc. Un autre média espagnol, El Espanol, enfonce davantage le gouvernement espagnol mené par les socialistes. Il révèle que des hauts gradés militaires algériens ont effectué, lundi 24 mai 2021, un court déplacement en Espagne.

Selon El Espanol, l’avion de l’armée de l’air algérienne, un turbopropulseur Super King Air B350 habituellement utilisé pour transporter des personnalités, a atterri à la base militaire de Torrejón de Ardoz (Madrid). Des sources consultées par le média ont confirmé ce déplacement, précisant que l’appareil, un petit avion d’une capacité de 12 à 15 passagers, transportait «une commission des autorités algériennes qui avait plusieurs événements à l’ordre du jour en Espagne».

Simple coïncidence? Absolument pas! Le hasard n’a pas de place dans des affaires louches qui font fi de la légalité. En interne, le socialiste Pedro Sanchez fait l’objet de critiques acerbes des partis politiques. Le secrétaire général du parti populaire à Melilla a traité le chef du gouvernement de menteur et lui a demandé de présenter des excuses aux Espagnols au sujet de l’affaire de l’accueil sous une fausse identité et avec un passeport algérien de Brahim Ghali.

Des rebondissements qui confirment que le voisin ibérique a bafoué toutes les règles du bon voisinage et surtout du partenariat qui le lie à son principal partenaire économique et stratégique dans le continent africain.