Le retour de l'As FAR, cette fois c'est la bonne ?

Le club militaire retrouve son statut de favori aux titres


Premier de la Botola Pro et de sa poule en Coupe de la Confédération africaine, l’As FAR envoie un message fort à ses concurrents. “Zaïm” est-il de retour pour de bon ?

“Zaïm (le grand leader) reviendra !”. Le célèbre voeu-slogan, scandé depuis des années par les centaines de milliers de supporters de l’AS FAR de football, mais tourné en dérision par leurs rivaux, semble enfin se réaliser. Après une longue disette, précisément depuis 2008, année de son dernier titre de champion du Maroc, le club rbati se montre plus que jamais flamboyant, avec d’excellents résultats aussi bien sur la scène nationale que continentale. Le tout avec une véritable identité de jeu qui lui faisait défaut durant la dernière décennie.

Leaders de la Botola Pro Inwi D1 avec 37 points en 17 matchs (11 victoires, 4 nul, 2 défaites) devant le dauphin et double champion en titre, le Wydad de Casablanca (35 points en autant de matches), l’AS FAR démontre qu’il ne se contentera pas cette fois du rôle de “lièvre” pour les autres équipes dans la course au titre. En témoigne sa large victoire, mercredi 22 février 2023, sur le très difficile terrain de la Renaissance de Berkane (1-4), pour le compte de la 17ème journée. Pour les dirigeants du club, c’est enfin l’occasion renouer avec le statut de locomotive du football nationale que le club militaire a brillamment assumé pendant des décennies, notamment entre les années 1960 et 2000 lorsqu’il constituait un véritable réservoire de grands joueurs pour la sélection nationale en Coupe d’Afrique des nations (CAN) et à la Coupe du monde.

Succession réussie
“Le secret ? Le climat de stabilité et d’ambition. Ça manquait cruellement à l’équipe depuis plus d’une dizaine d’années. Recruter de bons joueurs ne suffit pas: il faut savoir construire un groupe homogène et motivé avec, le tout dans le cadre d’un projet bien défini”, explique une source au sein de l’équipe. Certains attribuent ce déclic en partie à l’ancien entraîneur, le Belge Sven Vandenbroeck qui a pris en janvier 2021 les commandes d’un As FAR en grande difficulté, et lui a permis de retrouver le chemins des sacres en remportant, le 14 mai 2022, la Coupe du trône de la saison 2019-2020 aux dépens du Moghreb de Tétouan (3-0). Le club finit également troisième du championnat et permet ainsi au club de retrouver les compétitions africaines après une longue absence, mais Sven Vandenbroeck quitte le club et replonge les supporters dans le doute. Méconnu du public, son successeur, le Français Fernando Da Cruz est froidement accueilli.

Une situation qui changera radicalement en l’espace de quelques mois: l’As FAR déroule en championnat, avance sereinement en Coupe du trône, et réussit surtout son retour sur la scène africaine, puisqu’il occupe actuellement la première place de son groupe en Coupe de la Confédération africaine avec 4 points après son nul 2-2 en Égypte contre Pyramids et son festival de buts 5-1 à Rabat contre le club togolais ASKO de Kara. Une performance qui souffle une nouvelle ville dans les gradins du stade Moulay Abdellah.

Si les plus fidèles des supporters, notamment ceux engagés au sein des ultras, ont toujours répondu présents même durant la période de crise entamée en 2008, des milliers d’autres fans affluent désormais à chaque rencontre du club. Une bonne nouvelle pour le football national et pour ce club mythique qui a offert au Maroc, en 1985, son tout premier titre en clubs, avec la Ligue des champions africains, mais également plusieurs légendes qui ont porté le maillot des Lions de l’Atlas, comme Driss Bamous, Mohamed Timoumi, Abdeslam Laghrissi ou encore Abdelkrim Hadrioui, pour ne citer que ceux-là.

Articles similaires