CGAM Hssabe 970X250

Les restaurants autorisés à rouvrir jusqu'à 20h

Prolongation pour une semaine des mesures restrictives contre la propagation du virus

Les restaurants fermés dans les villes de Casablanca, Agadir, Tanger et Marrakech, sont désormais autorisés à reprendre du service. Les professionnels demandent la mise en place d’un plan de soutien financier.

La mauvaise nouvelle est tombée mardi 12 janvier 2021 en début de soirée. Fidèle à sa réputation de rendre publics, à la dernière minute, ses fameux communiqués officiels, le gouvernement annonce la prolongation des mesures restrictives annoncées le 23 décembre 2020 pour une semaine encore. Celle-ci court du 13 au 21 janvier 2021.

Les mesures restrictives comprennent le couvre-feu national, qui va de 21h jusqu’à 6 heures du matin, la fermeture des cafés et restaurants et les commerces jusqu’à 20h et l’interdiction des fêtes et des rassemblements publics et privés. Mais une exception concerne les restaurants. Alors qu’ils étaient interdits depuis le 23 décembre 2021 d’ouvrir leurs portes sauf pour les livraisons et les commandes à emporter, les restaurants ont été, enfin, autorisés à rouvrir à compter du mercredi 13 janvier 2021.

C’est-à-dire qu’ils sont, désormais, autorisés à accueillir leurs clients sur place. Une bonne nouvelle pour ces restaurants qui ont subi des périodes difficiles au point où la plupart d’entre eux ont mis la clé sous le paillasson.

Une situation compliquée
Selon la Fédération nationale de la franchise, 40% des restaurants franchisés, étranglés par la crise, ont fermé leurs portes. 80% d’entre eux connaissant des crises majeures de trésorerie qui pourraient les conduire à la faillite. Mais cette réouverture, autorisée par le gouvernement, au lendemain d’une prolongation décrétée pour lutter contre la propagation du virus, semble néanmoins les réjouir pour tenter de récupérer un peu de ce qu’ils ont perdu durant tous ces longs mois de fermeture et de mesures restrictives.

Mais pour un réel sauvetage du secteur, les professionnels demandent au gouvernement la mise en place d’un programme de soutien financier qui inclurait une prise en charge totale de salaires et une annulation des dettes envers les banques. Des demandes qui paraissent, pour le moment, difficiles à satisfaire compte tenu de la situation compliquée des finances publiques.