REPSOL S’APPRÊTE À QUITTER LE MAROC

Le groupe pétrolier Espagnol détient 75% du Bloc Gharb Offshore Sud

Le groupe espagnol Repsol s’apprête à quitter le Maroc. Le pays fait partie d’une première liste de pays où le groupe devra se désengager pour se focaliser sur des régions à plus forte valeur ajoutée. Pour le moment, rien d’officiel n’a été acté mais le processus de désengagement a déjà été activé.

Le groupe pétrolier espagnol Repsol se désengagera du Maroc. Même si rien d’officiel n’a été acté pour le moment avec les autorités marocaines, l’explorateur pétrolier et producteur d’hydrocarbures a mis le Maroc sur la liste des pays «à quitter». Repsol, présent dans 26 pays, entend réduire sa voilure et se concentrer sur 14 principaux marchés, dans le cadre d’un plan stratégique 2021-2025.

Pour commencer, 4 pays sont concernés actuellement: le Maroc, l’Irak, l’Australie et l’Irlande, rapporte l’agence Europa Press, le 14 février 2021. Au Maroc, le groupe détient une participation de 75% dans le bloc Gharb Offshore Sud, avec une superficie nette de 7.020 kilomètres carrés. Le groupe espagnol avait déjà entamé des travaux d’exploration pétrolière avec le traitement et l’interprétation de 1.218,5 km² de sismique 3D. Est-ce que ces données n’ont pas été concluantes? Difficile de savoir, le groupe ne communique presque jamais sur ses activités au Maroc. En tout cas, même si rien n’a été acté, pour le moment, de manière officielle au Maroc, le groupe a déjà entamé son processus de désengagement.

En Irlande, Repsol a vendu sa participation dans la zone d’exploration marine de Dunquin, d’une superficie nette de 435 kilomètres carrés. En août dernier, les autorités irlandaises ont donné leur accord à ce processus.

Rappelons que le 26 novembre 2020, lors de la conférence de presse de présentation du plan stratégique, le PDG de Repsol, Josu Jon Imaz, avait déjà déclaré que «le groupe avait pour objectif de réduire à 14 le nombre de pays où il est présent. L’un des objectifs du plan stratégique est d’être plus efficace en amont», a-t-il souligné. Au cours des dernières années, Repsol a déjà pris des mesures dans le cadre de cette stratégie avec la vente d’actifs d’exploration dans des pays tels que la Roumanie, l’Angola, la Namibie et la Papouasie-Nouvelle Guinée.

Vente d’actifs
Se désengager des actifs peu prometteurs, se focaliser sur les valeurs sûres tout en entamant une transformation stratégique basée sur les nouvelles technologies et la durabilité. Telle est la ligne directrice de la nouvelle feuille de route de Repsol. Le plan stratégique 2021-2025 du groupe marquera ainsi une accélération de la transition énergétique, en misant 13,8 milliards d’euros d’investissements sur la période, dont 30%, soit 5,5 milliards d’euros seront alloués à des initiatives «bas carbone».

Les vaisseaux amiraux du groupe, à savoir les sept grands complexes industriels en Espagne, au Portugal et au Pérou poursuivront leur développement, avec pour objectif de les positionner comme «hubs multi-énergies», capables de générer des produits à faible empreinte carbone et de promouvoir de nouveaux business models basés sur la digitalisation et la technologie.

Articles similaires