CGAM Hssabe 970X250

Reportage dans le centre de l'association INSAF à Casablanca

"Mères célibataires et fières de l’être"

Longtemps délaissées par leurs familles et stigmatisées par la société, elles ont vécu avec le fardeau de faire face aux regards dévastateurs les condamnant sans scrupule. Elles recouvrent leurs dignité grâce à INSAF (Institut national de solidarité avec les femmes en détresse).

Cette journée du mardi 8 décembre 2020 se distinguait par un climat tempéré. Dehors, il y avait seulement deux hommes debout devant l’association papotant, rien de plus ordinaire. Mais la première chose qui captive le regard, c’est l’édifice du centre INSAF, qui paraît modeste de l’extérieur, situé dans le quartier de Hay Mohammadi, à Casablanca. Mais comme dit le proverbe “tout ce qui brille n’est pas or’’, dès le portail franchi, l’ambiance bon enfant qui régnait dans les lieux ne pouvait passer inaperçue, notamment le grand sourire accueillant de Meriem Othmani, fondatrice et présidente de INSAF, qui inspirait de la bienveillance.

Ensuite en traversant le couloir de l’association pour commencer la visite, on croise deux portes, la première où il était écrit “Pharmacie”, une pièce moyenne petite englobait des produits de soins médicaux de même que des boîtes de poudre de lait pour nourrissons et d’autres produits. La seconde portant une plaque où il était mentionné “Médecin” donnant sur une pièce qui était occupée par une aide-soignante chargée d’offrir les soins nécessaires aux bébés et aux mamans, le petit cabinet est équipé de tout ce qui peut servir aux soins fondamentaux. Les escaliers montés, on trouve la “Crèche”, dont la porte a été ouverte par l’agente de service.

Capacité d’accueil
Une salle assez spacieuse, comportant une grande cuisine servant à préparer les biberons avec une petite zone pour changer les bébés. Tout était si soigneusement nettoyé et organisé avec un équipement d’une vingtaine de petits lits, petites couvertures étalées sur le parquet, jouets, trotteurs porteurs des sièges pour bébés et environ 24 casiers en rose et bleu avec des stickers collés dont chacun porte le nom du bébé. Les chambres à coucher du centre ont une capacité d’accueil de 20 femmes avec leurs bébés, les mesures préventives contre le covid-19 sont rigoureusement respectées.

Par ailleurs, en voyant les mères célibataires manger ensemble dans une salle commune, on pouvait être interpellé par leur complicité, elles étaient toutes rassemblées autour d’un plat marocain préparé par leurs propres mains. Les membres de l’association veillant à faire sentir les bénéficiaires qu’elles sont chez elles, chaque jour deux mères se chargent de la cuisine et du ménage à tour de rôle, elles sont également habituées à se séparer de leurs petits en les laissant à la crèche du centre pour rejoindre les formations en ateliers de 8h du matin à 17h environ, en ayant le droit à une pause pour s’alimenter et allaiter les petits et ceci a pour finalité de préparer ces mères au rythme du travail à leur sortie du centre d’hébergement en leur évitant de tisser un lien excessivement affectif avec leurs enfants.

Rythme de travail
Autonomiser les mères célibataires en leur offrant des formations après diagnostic du profil leur permettant l’insertion sociale est l’un des axes les plus importants sur lesquels INSAF travaille. Trois Ateliers sont conçus pour ça, à savoir l’Atelier de couture, équipé de 13 postes; l’Atelier de coiffure, entièrement équipé par l’Oréal, partenaire du programme; et, enfin, l’Atelier de cuisine avec une capacité d’accueil d’une vingtaine de bénéficiaires.

INSAF collecte des offres d’emploi pour les mères et engage la responsabilité sociale des entreprises pour un recrutement favorable à l’amélioration des conditions socioéconomiques des mères célibataires et de leurs enfants. Le centre offre, dans ce cadre, des cours d’alphabétisation en langue arabe et en mathématiques; et, bientôt, des cours de français en e-learning seront instaurés, dépendamment du niveau de chaque bénéficiaire.

À rappeler que le but capital de INSAF est de prévenir l’abandon des enfants nés hors mariage, lutter contre l’exploitation des filles mineures dans le travail domestique. L’association s’inscrit également dans des réseaux et collectifs nationaux pour la défense des droits des femmes et des enfants pour faire promouvoir ou changer les lois.

Reconnaissance de paternité INSAF se charge d’assurer aux mères, l’écoute, le soutien et le suivi médical avec leurs petits, tout au long de leur engagement dans l’association, qui varie normalement de 3 à 6 mois. En 2019, 89 mères célibataires ont été hébergées dans le foyer. Dans la même année, INSAF a réalisé 1.215 activités pour répondre aux 586 demandes exprimées et 1.445 activités réalisées pour 1.162 mères célibataires nouvelles et anciennes.

Dans la même année, 144 enfants ont obtenu une reconnaissance de paternité, 13 mères célibataires ont acquis la reconnaissance de mariage et 15 autres ont été accompagnées dans leurs démarches pour le mariage. En quittant le centre, une idée reste gravée dans la mémoire: ce lieu est resté rythmé par la solidarité, l’altruisme et beaucoup d’émotions.

Fatima Zahra ELBOUSSARGHINI