CGAM Hssabe 970X250

La relance économique tarde à venir

Mohamed Benchaâboun présente le projet de loi pour la constitution du fonds d’investissement Mohammed vi

Lors d’une séance parlementaire, lundi 14 décembre 2020, le ministre de l’Economie et des finances, Mohamed Benchaâboun, a présenté le projet de loi 76-20 visant la constitution du Fonds d’investissement Mohammed VI pour la relance économique.

Le Fonds d’investissement Mohammed VI pour la relance économique, annoncé par Souverain, lors de l’ouverture parlementaire, le vendredi 8 octobre dernier, est enfin sur les rails. Lundi 14 décembre 2020, le ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Benchaâboun, a présenté, lors d’une séance parlementaire, le projet de loi 76-20 visant la création de ce fonds. Dans le texte législatif présenté aux députés, il est expliqué la nature de ce fonds, ses objectifs, sa vision et son mode de fonctionnement.

Doté d’un montant de 15 milliards de dirhams, ce fonds est souscrit entièrement par l’Etat marocain. Mais cette souscription ne va pas l’empêcher d’accueillir des actionnaires privés. Et ce après sa transformation juridique en une société anonyme de participation. Seulement, cette ouverture du capital aux investisseurs privés ne dépassera pas 49%, ce qui maintient le contrôle du fonds au profit de l’Etat. Chaque institution privée ne pourra pas détenir plus de 33% des parts.

Quant à la gestion stratégique du fonds, elle sera assurée par un conseil d’administration présidé par le ministre de l’Economie et des Finances. Dix autres membres feront leur entrée dans le conseil. Six d’entre eux sont membres du gouvernement, qui représentent les secteurs d’activité économiques touchés par la récession économique et concernés par le fonds.

Les quatre autres sont des personnalités indépendantes choisies selon leur compétence, leur expérience et leur engagement en faveur de l’économie nationale. Pour sa gestion opérationnelle, elle sera confiée à un directeur général autour d’une structure de management triée sur le volet. Comme toute structure publique, le fonds sera soumis au contrôle de l’Etat sur la base d’une convention qui sera signée entre le Chef du gouvernement et le directeur général du fonds.

Une dynamique à réussir
Mohamed Benchaâboun a précisé les secteurs prioritaires qui seront touchés par le fonds, à savoir l’industrie, l’innovation, les activités à fort potentiel de croissance, le soutien et la promotion de la petite et moyenne entreprises, les infrastructures et le tourisme. Pour le ministre, ce sont des secteurs stratégiques sur lesquels va reposer la relance économique pour les trois prochaines années. Pour une meilleure efficacité d’investissement, des sous-fonds seront créés pour chaque secteur.

Les milieux patronaux, à savoir la CGEM et le GPBM, sont fortement impliqués dans cette dynamique de relance économique qu’appelle de tous ses voeux S.M. le Roi Mohammed VI, qui ne cesse d’inviter tous les investisseurs et les partenaires économiques à faire réussir cette dynamique. Le but est de sortir rapidement de la récession économique qui pèse de tout son poids sur les entreprises et sur les ménages, durement affectés par les conséquences dramatiques de la crise du Covid-19.