Relance : 750 millions de dirhams par an pour aider les TPME industrielles

Avec Tatwir et Nawat, le ministère de l’Industrie souhaite permettre aux TPME industrielles marocaines de dépasser la crise actuelle provoquée par la pandémie de Covid-19. Et vise même plus loin.

En attendant que le gouvernement sorte de son chapeau le plan de relance sur lequel il dit depuis plusieurs semaines travailler pour redémarrer l’économie nationale, le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie verte et numérique prend les devants en lançant, par le biais de Maroc PME, deux programmes pour appuyer les très petites et moyennes entreprises (TPME). Ces programmes, ce sont Tatwir et Nawat. Le ministère, dans un communiqué rendu public le 26 juin, en a donné les premiers détails.

D’abord, en ce qui concerne Tatwir, l’idée est, comme l’indique son nom en arabe, d’aider à développer les TPME et en particulier celles s’activant dans les domaines de la croissance verte, de l’innovation industrielle et de l’industrie 4.0. Comment? En les appuyant, en premier lieu, au niveau de l’investissement -le ministère n’a pas encore fixé de plafond mais il promet de publier toutes les informations afférentes en même temps qu’il fera connaître les critères d’éligibilité-, ensuite en leur prodiguant assistance technique et conseil.

Sont également visées par Tatwir les PME susceptibles de produire des produits actuellement non-manufacturés au Maroc; ce qui, soit dit en passant, s’inscrit dans le droit de fil de la volonté exprimée le 9 juin à la Chambre des représentants par le ministre Moulay Hafid Elalamy de passer dans le futur à une politique d’import-substitution, de sorte à ne plus continuer de miner la balance commerciale et la balance des paiements. “Ils disent, et ceci vous l’avez entendu: il n’y a rien à faire. Comment cela, il n’y a rien à faire?,” s’était indigné le responsable.

S’agissant de Nawat, le ministère a indiqué qu’il s’adressait aux très petites entreprises (TPE) aux auto-entrepreneurs et aux porteurs de projets dont les projets nécessitent moins de 3 millions de dirhams d’investissements et promet d’accompagner ceux-ci aussi bien pour élaborer des business plans lors de la phase de pré-investissement qu’en matière de développement des compétences métiers, managériales et entrepreneuriales par le biais d’experts et conseillers techniques qui seront mobilisés à cet effet. “En outre, ce programme offre une mise en réseau de sa cible pour le partage d’expériences nécessaires à la réussite des projets,” spécifie-t-il.

En dehors de Tatwir et Nawat, le ministère de l’Industrie a également annoncé renforcer deux anciens programmes, à savoir Mowakaba et Istitmar. Le premier, qui prévoyait à l’origine de prendre en charge les coûts d’assistance technique et conseil à hauteur de 70% pour les petites et moyennes entreprises (PME) et 90% pour les TPE, verra dans le premier cas le pourcentage passer à 80%, et dans le second la somme maximale allouée passer de 1 à 2 millions de dirhams. Quant à Istitmar, s’il maintient un soutien à l’investissement de l’ordre de 30% toujours, il ajoute 5% supplémentaires pour les projets développés en dehors de l’axe Tanger-Casablanca.

Au total, les quatre programmes s’accapareront chaque année une enveloppe de 750 millions de dirhams, car le ministère de l’Industrie ne compte pas en faire seulement un outil pour dépasser la crise actuelle due au Covid-19. La balle est, désormais, dans le camp des entreprises.


X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger