Réintégration universitaire : Les étudiants marocains d'Ukraine lancent leur collectif

Les étudiants marocains qui ont récemment quitté l’Ukraine pour fuir les combats annoncent la création d’un collectif qui regroupe des apprenants de différentes disciplines. Dans un communiqué, le bureau qui coordonne ces activités explique que l'objectif est de défendre les intérêts de ces ressortissants qui ont été obligés de quitter ce pays à l'Est de l'Europe, suite à l'invasion russe, faciliter et accélérer leur réintégration dans les universités. «Le collectif des étudiants marocains en Ukraine aura pour mission d'assurer le processus de coordination entre ces étudiants et le ministère de tutelle et de faciliter et d’accélérer le processus de leur réintégration», rajoute-t-il.

Selon eux, l’idée de mettre sur pied ce groupement a été actée à l’issue de plusieurs réunions qui ont enregistré la participation d’étudiants de différentes spécialités. Le collectif, qui a mis en ligne un formulaire pour recenser l’ensemble de ces étudiants, identifier leurs domaines de formation, ainsi que leurs niveaux d’études, a déjà reçu plus de 2.300 réponses. Le ministre de l’Enseignement supérieur, Abdellatif Miraoui, avait déclaré que «les dossiers seront étudiés au cas par cas et tous les moyens seront mobilisés pour faciliter la réintégration des étudiants touchés par la crise ukrainienne dans le système universitaire». Dans un entretien paru dans notre dernier numéro, l’ambassadrice d’Ukraine au Maroc, Oksana Vasylieva, révèle que 9.000 Marocains sont inscrits dans les établissements universitaires de son pays et représentent 10% des étudiants étrangers, la deuxième communauté après l’Inde.

Lors d’un point de presse organisé le 10 mars 2022 à Rabat, le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baïtas, avait révélé que 4.885 étudiants marocains qui poursuivaient leur cursus en Ukraine s’étaient déjà inscrits sur la plateforme numérique mise en place par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation. Selon lui, 77% d’entre eux suivent la médecine, pharmacie et médecine dentaire (3.744), 18% des formations d’ingénieurs (379), tandis que 238 étudiants suivent des formations en langues, en économie et gestion, en droit et en sciences vétérinaires. Il avait en outre indiqué que le gouvernement était en train d’étudier deux options pour leur réintégration universitaire: la poursuite de leurs études dans les pays voisins de l’Ukraine pour ceux qui le souhaiteraient, en concertation avec les autorités de ces pays; ou leur intégration au sein des établissements universitaires marocains.

Articles similaires