LA RÉGION SOUSS MASSA SOUS HAUTE TENSION SOCIALE

LICENCIEMENTS À TOUR DE BRAS

Dans la région du Souss Massa, à Agadir particulièrement, les entreprises licencient massivement. Et toutes les régions du pays sont concernées par cette aggravation du chômage et de la précarité, face à un gouvernement «complice», selon les syndicats, qui comptent hausser le ton.

La vulnérabilité, la précarité, le chômage, la pauvreté… ornent désormais le quotidien de millions de Marocains. Toutes les villes sont concernées par cette aggravation du taux de chômage, que ce soit au niveau de l’axe Rabat-Casablanca ou les régions éloignées et enclavées, délaissées depuis belle lurette. Les manifestations de colère et de désespoir pullulent sur les réseaux sociaux et dans la rue. Ces dernières semaines, nous avons assisté à des dizaines de sitins, de grèves, de manifestations syndicales, et des centaines de cris de détresse sur Facebook.

Tout âge et tranche sociale confondus, jeune, vieux, salarié, fonctionnaire, entrepreneur, tous expriment leur ras-lebol face à cette situation de précarité qui ne date pas d’aujourd’hui, mais que le Covid-19 a aggravée et accentuée. Ils ne savent plus à quel saint se vouer, face à un Etat, qui, malgré ses subventions dérisoires, n’a pas réussi à les soutenir en cette période extrêmement difficile. Des villes comme Marrakech et Agadir, ou encore Fès, qui dépendent de secteurs économiques tel le tourisme ou l’artisanat, suffoquent de de longs mois.

Aucun revenu
A Agadir, dont l’économie repose sur le tourisme, l’agriculture et la pêche, un risque de tensions et de drames sociaux se fait de plus en plus sentir. Le bureau syndical régional de l’Union marocaine du travail (UMT) a tiré la sonnette d’alarme face à cette situation qui a pris beaucoup plus d’ampleur depuis l’adoption de la loi de Finances rectificative 2020. Une loi de Finances qui a permis aux entreprises de liquider 20% de leurs salariés. Dont acte. Des milliers de salariés se retrouvent du jour au lendemain sans revenu, sans aucune indemnité, rien.

Des familles entières sont jetées à la rue, se convertissent à la mendicité, des jeunes qui s’adonnent au crime et au vol, des filles qui découvrent la prostitution et ses dégâts psychologiques dévastateurs, des cas de suicide sont dénombrés et les dossiers de divorces s’entassent dans les tribunaux. Un véritable drame social de toute une région se profile.

«Dans les quartiers industriels, les unités de production, l’agro-industrie, l’hôtellerie et la pêche, on licencie à tour de bras. Les entreprises profitent de la crise sanitaire et de l’aval du gouvernement pour liquider une bonne partie de leurs employés sans aucune indemnité et dans une absence totale de respect des droits des salariés. Le gouvernement est complice de ces souffrances de la main d’oeuvre de la région Souss Massa et ne fait rien pour stopper l’hémorragie», regrette l’UMT.

Cette dernière ne compte pas rester les bras croisés. Une vaste opération de mobilisation syndicale a été lancée le 20 septembre 2020 et durera un mois. Ce dimanche 18 octobre, un grand sitin sera organisé à Agadir, où la grogne sociale et la détresse seront le maîtremot.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger