LE RÉGIME MILITAIRE ALGÉRIEN CHERCHE NOISE AU MAROC

EXPLOITANT UNE VIDÉO TRUQUÉE POUR ENVENIMER LES RELATIONS BILATÉRALES

La présidence algérienne cherche à provoquer un incident diplomatique avec le Maroc en exploitant une vidéo truquée qui attribue, à tort, au Consul du Maroc à Oran, rapatrié, des propos qualifiant l’Algérie de “pays ennemi”.

Heureusement que le ridicule ne tue plus! Que cherche le régime algérien, qui fait face à un ras-le-bol populaire inédit contestant la légitimité même de celui qui a été porté aux commandes du pays, en l’occurrence le président Abdelmajid Tebboune? Ce régime fait tout pour détourner l’attention de ce qui se passe en interne, n’hésitant pas à mettre le bâton dans les roues des relations maroco-algériennes que la partie marocaine tente en permanence de soigner malgré les manigances et les escarmouches diplomatiques de la junte militaire.

Cette fois, le président Tebboune est allé loin. Il a exigé le départ du consul du Maroc à Oran, Boutaher Aherdane. Chose désormais faite. M. Aherdane a bel et bien été rapatrié samedi 30 mai 2020 dans l’un des vols Alger-Oujda destiné aux Marocains bloqués en Algérie. «Le consul a quitté effectivement le territoire algérien. Il a dépassé ses limites», a déclaré, mardi 9 juin 2020, le porte-parole de la présidence de la République, Mohand Oussaïd Belaïd, au cours d’une conférence de presse au siège de la Présidence. «Nous avons demandé son départ. Son comportement était prévisible. Nous avons découvert que c’est un agent des services de renseignements marocains qui a été désigné consul à Oran pour d’autres raisons», a révélé M. Belaïd, en soulignant que «la page de cet incident est tournée».

Mais de quelle page parle-t-on? Qui pourra mettre fin à cette combine «téléphonée» du régime militaire qui vient de faire sa purge pour en finir avec le legs du général Ahmed Gaïd Salah? Toute cette histoire se base sur une vidéo trafiquée à la 30ème seconde suivant la première minute, qui a circulé à grande échelle sur les réseaux sociaux et a fait les choux gras d’une partie des médias algériens et de l’agence officielle APS, mercredi 13 mai 2020, et qui attribue au consul général du Maroc à Oran, Boutaher Aherdane, un diplomate de carrière chevronné, une déclaration qui qualifie l’Algérie de «pays ennemi».

Vidéo traquée
Le lendemain, contactée par Maroc Hebdo, une source autorisée au ministère des Affaires étrangères a assuré que cette vidéo est en partie authentique, documentant une réunion le lundi 11 mai devant le consulat général à Oran entre M. Aherdane et des Marocains venus demander des explications sur les nouveautés relatives à la procédure de leur rapatriement au Maroc, tandis que la deuxième partie a été truquée dans ce sens où l’on a glissé une phrase en la montant pour paraître sortant de la bouche du consul général: «Nous sommes dans un pays ennemi». La même source avait assuré que l’ambassadeur du Maroc à Alger, Hassan Abdelkhalek, a expliqué que la vidéo en question a fait l’objet d’un montage pour faire tenir au diplomate des propos qu’il n’a proférés à aucun moment.

Des explications qu’il a livrées au ministre algérien des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum (qui a eu des entretiens téléphoniques avec son homologue Nasser Bourita à ce propos), qui l’a convoqué. M. Abdelkhalek a tout étalé, preuves à l’appui. Mais que valent des preuves pour un pays «ami» qui cherche noise à son voisin de l’ouest et qui dilapide une grande partie des pétrodollars dans des campagnes médiatiques et de lobbying contre le Maroc et son intégrité territoriale?.


Laisser un commentaire

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger