Macron face à la grogne sociale et politique : Un président aux pieds d’argile


En difficulté sur la scène internationale, Emmanuel Macron se trouve également au centre d’une crise interne ans précédent qui a atteint son point d’orgue avec l’adoption de l’impopulaire réforme des retraites.

“Méprisant”, “arrogant”, “en dehors de toute réalité”, “menteur”, “lunaire”. De la gauche à l’extrême droite en passant par les syndicats, la classe politique en France n’a pas manqué de qualificatifs pour décrire la sortie tant attendue du président de la République, Emmanuel Macron, ce mercredi 22 mars 2023 sur les deux chaînes TF1 et France 2, au sujet de la réforme des retraites, largement contesté au sein du peuple français, mais finalement adoptée, lundi 20 mars, grâce au fameux “49.3”, un article de la Constitution qui permet au gouvernement de faire passer ses textes sans vote. Mais à quel prix ?

Le recours de la première ministre, Elisabeth Borne, à cette méthode impopulaire a failli entraîner la chute son gouvernement, puisque l’une des deux motions de censure déposée par des députés de l’opposition a réuni 278 voix pour sur les 287 nécessaires. Neuf voix manquantes qui permettent à l’équipe gouvernementale de survivre à cet épisode compliqué, mais qui ne sauraient en aucun cas cacher la réalité d’une “majorité” qui n’est plus si majoritaire que ça, et par-dessus tout d’un président isolé et dont la légitimité et plus que jamais remise en cause, aussi bien dans la rue que dans les institutions représentatives.

Tensions généralisées
Manifestations, grèves, blocages, affrontements violents, joutes verbales à l’Assemblée et dans les médias. Un climat de tensions généralisées plane sur le pays sans le moindre signe de fin de crise, au point que plusieurs observateurs et analystes en France s’interrogent même sur la capacité d’Emmanuel Macron à faire sortir le pays de cette spirale de violence et d’incertitude, alors qu’il n’a pas encore clôturé la première année de son second mandat présidentiel de cinq ans.

Si le locataire de l’Élysée a longtemps su sortir son épingle du jeu en temps de difficultés, comme ce fut le cas notamment avec son initiative du Grand débat national, en réponse du mouvement des Gilets jaunes en 2018, il se retrouve cette fois-ci dans une situation totalement différente où sa capacité de mobilisation est largement démunie, voire réduite à néante après six années au pouvoir. C’est donc tout le quinquennat qui est en jeu, malgré l’optimisme affiché par le président lors de son interview avec TF1 et France 2, durant laquelle il a assuré que “si ce moment est «difficile», il demeure «convaincu» que les Français parviendront à «s’unir pour l’avenir du pays».

Articles similaires