Refonte du système de santé pour accompagner la révolution sociale royale

Généralisation de la protection sociale

Le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, a dévoilé lundi 26 avril 2021 les principaux contours du plan de réhabilitation et de réforme du système de santé. Un plan qui devra accompagner le grand chantier royal de la généralisation de la protection sociale, a précisé le ministre. Khalid Aït Taleb promet une nouvelle ère pour le système de santé marocain.

En réponse à une question orale à la Chambre des représentants sur les préparatifs du ministère pour la généralisation de la couverture sanitaire, le lundi 26 avril 2021, le ministre de la Santé a annoncé que son département prépare un ambitieux programme de réforme du système de santé.

Un plan qui accompagnera le chantier royal de la généralisation de la protection sociale. Une révolution sociale royale qui nécessitera de gros moyens et une refonte des paradigmes actuels, d’autant plus que la couverture sanitaire de base couvrira à l’avenir 22 millions de bénéficiaires supplémentaires, ce qui augmentera considérablement la pression sur le système national de santé.

M. Aït Taleb a indiqué que cette réforme repose sur 4 principaux piliers à savoir la valorisation des ressources humaines, la réhabilitation de l’offre sanitaire en renforçant la dimension régionale, l’adoption d’une nouvelle gouvernance dans le système de santé et le développement du système d’information. C’est ainsi que la loi n° 131-13 relative à l’exercice de la médecine sera prochainement révisée.

L’objectif est de lever les obstacles et restrictions que cette loi impose sur les médecins étrangers au Maroc, notant que cette mesure leur permettra d’exercer la profession dans les mêmes conditions que celles garanties par la loi à leurs homologues marocains.

Concernant la réhabilitation de l’offre sanitaire à travers le renforcement de la dimension régionale, M. Ait Taleb a annoncé que la concrétisation de cet objectif passera par la mise en place de la carte sanitaire régionale et la mise en oeuvre du programme médical régional, la réhabilitation des établissements de santé, l’adoption d’une nouvelle approche en ce qui concerne l’entretien des bâtiments et des équipements médicaux, l’instauration d’une obligation du respect de la procédure des traitements et l’ouverture du capital des cliniques aux investisseurs étrangers.

Le troisième pilier, poursuit le ministre, s’articule autour de l’adoption d’une nouvelle gouvernance du système de santé visant à renforcer les mécanismes de régulation et de contrôle du travail des acteurs ainsi que la gouvernance hospitalière et la planification territoriale de l’offre sanitaire, en créant de nouveaux organes de gestion et de gouvernance dans le secteur de la santé.

S’agissant du virage digital, le département de M. Aït Taleb lancera un système intégré d’information permettant d’exploiter toutes les données de base de l’écosystème de santé, y compris celles du secteur privé, la gestion du dossier médical partagé du patient et l’amélioration du système de facturation dans les établissements hospitaliers.