Une pétition sur les réseaux sociaux appelle à la réduction des hauts salaires dans la fonction publique

À quand une décision courageuse du gouvernement?

Pourquoi l’Etat n’impose pas aux hauts salaires publics d’en sacrifier une partie au profit de la Nation?

C’est connu: au Maroc, seuls les pauvres sont lourdement taxés. En témoigne cette mesure exceptionnelle du Chef du gouvernement qui a décidé, en accord avec les syndicats, de ponctionner trois jours sur les salaires des fonctionnaires. Même le personnel médical de la santé publique a subi cette ponction. A moins que ça soit une erreur comme l’a avancé une source gouvernementale, cette ponction est considérée comme une grande injustice pour un corps professionnel qui se retrouve au premier rang de la lutte contre le Covid-19.

Quid des hauts fonctionnaires? Il est vrai que les ministres, secrétaires généraux des ministères et plusieurs hauts cadres de l’administration publique ont annoncé faire don de la totalité ou une partie de leurs salaires au titre du mois d’avril au profit du Fonds spécial Covid-19, mais cela demeure insuffisant aux yeux des Marocains. Il y a aussi les patrons, les présidents et les directeurs généraux des offices et autres établissements publics, qui perçoivent des salaires importants qui se chiffrent à plusieurs centaines de milliers de dirhams.

Arrêter l’hémorragie
Pourquoi ne participent-ils pas, eux aussi, à l’effort de solidarité nationale? Pourquoi l’Etat n’impose pas à ces hauts salaires publics d’en sacrifier une partie au profit de la Nation? Ce sont-là quelques revendications d’une pétition qui circule actuellement sur les réseaux sociaux. La pétition a recueilli plusieurs dizaines de milliers de signatures. Sous d’autres cieux, les ministres et les hauts fonctionnaires ont vu leurs émoluments baisser et leurs retraites suspendues, voire annulées. C’est le cas, notamment, en Jordanie, où le Roi Abdallah II a annoncé officiellement avoir annulé les retraites des ministres. Une décision qui a reçu un accueil très favorable de la part de la population jordanienne.

Au Maroc, le débat sur l’annulation des retraites des ministres et des parlementaires a eu lieu bien avant l’éclatement du Covid-19. Le PJD, lorsqu’il était encore dans l’opposition, avait milité pour que ces retraites politiques soient annulées. Il en a même fait une arme électorale pour gagner des voix. Mais, une fois au pouvoir, son combat est tombé à l’eau. Normal, devenus ministres, les dirigeants du PJD profitent, eux aussi, de cette manne financière versée par l’Etat.

Pendant cette crise exceptionnelle du Covid-19, les voix des Marocains s’élèvent haut et fort pour arrêter l’hémorragie des finances publiques. Une hémorragie qui a coûté cher à notre pays puisque l’endettement de l’Etat ne cesse de s’aggraver pour atteindre des sommets astronomiques pour les générations futures. Pour beaucoup de Marocains, si austérité il devrait y avoir au sein de l’Etat, elle devrait commencer par une coupe importante dans les hauts salaires et une annulation des retraites des parlementaires et des ministres. Le train de vie de l’Etat suivra.


2 commentaires

  • ben mhammed

    6 Mai 2020

    Bien sur ,le rêve est toujours permis.Main on imagine mal comment un haut fonctionnaire se rangerait au cote des masses populaires en sacrifiant une partie de son gros salaire ou de sa retraite .Pourquoi faire? et au non de quoi? Le débat sur la retraite des élus est une forte indication que nos elites ne sont pas prêtes a lâcher prise ou si vous préférez rejeter la mamelle nourricière que eux seuls savent traire.La politique du Apres moi le deluge est tellement ancrée dans ces esprits que tout essai restera vain.La course au gain et a la richesse est devenu l objectif ultime et ce depuis l enfance .Les valeurs humanistes ont été remplacées par une voracité matérielle a tel point que les palais de justice voient defiler parmi tant d autres des familles entière se déchirer pour l amour de l argent .Alors ,dans ce genre de société ou l altruisme ,la philanthropie , l entraide ,la générosité et l amour de son prochain sont des valeurs absentes des cursus scolaires,on ne peut que s attendre a un refus catégorique aux doléances utopiques de la société civile.

  • Belhajilali

    6 Mai 2020

    C'est gentil de nous inviter à rêver en ces temps de confinement...

Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger