Recrudescence des cas de Covid-19 au Maroc

Le ministère de la Santé sonne l’alerte

Dans une circulaire datée du 1er juillet 2022 envoyée aux directeurs régionaux de la santé, le ministre Khalid Aït Taleb demande d’appliquer l’injection de la troisième et de la quatrième dose chez les personnes incomplètement vaccinées, chez les plus de 60 ans et chez celles ayant des comorbidités à partir de 18 ans.

Vous l’avez sans doute constaté: Le Covid-19 a effectué un retour en force dans le Royaume. Tel un phénix qui renaît de ses cendres. Une inquiétante recrudescence des contaminations à quelques jours de la célébration de l’Aïd Al-Adha. Pour freiner cette propagation du virus, le ministre de la Santé, Khalid Aït Taleb, a pris les devants, en transmettant une circulaire datée du 1er juillet 2022 aux directeurs régionaux de la santé et de la protection sociale, afin d’actualiser la stratégie nationale de vaccination.

D’importantes mesures sont évoquées dans ce document. Il leur demande d’appliquer l’injection de la troisième dose quatre mois après l’injection de la deuxième dose chez les personnes incomplètement vaccinées et l’administration d’une dose de rappel six mois après la troisième dose, particulièrement chez les personnes âgées de plus de 60 ans et chez celles ayant des comorbidités à partir de 18 ans.

Mêmes les personnes qui ont attrapé le Covid sont concernées. «En cas d’infection de Covid-19, la dose de rappel peut être faite quatre semaines après la fin de l’épisode infectieux», précise-t-il. Le ministre invite aussi les Marocains à respecter le port correct du masque et de la distanciation physique, notamment dans les espaces fermés et lors des rassemblements, mais aussi le lavage des mains. «Les services de santé doivent saisir l’opportunité du démarrage de la saison estivale afin de promouvoir la vaccination contre la Covid-19, aussi bien pour la première et deuxième dose que pour la dose booster et de rappel», insiste M. Taleb.

Hausse des cas en réanimation
Cette circulaire intervient dans un contexte marqué par une forte hausse des contaminations depuis plusieurs semaines qui ont plongé le Royaume dans le niveau rouge. Une situation alarmante qui a d’ailleurs pris des proportions alarmantes durant le mois de juin 2022. Pour preuve, plus de 13.000 cas ont été enregistrés entre le 20 et le 29 juin 2022. Le nombre d’infections ne cesse d’augmenter et avait même enregistré 4009 cas le mercredi 29 juin 2022, dont 1751 cas dans la région Casablanca- Settat. Trois nouveaux décès ont aussi été enregistrés. Dans un post publié sur son compte LinkedIn le 27 juin 2022 en guise d’alerte, le Dr. Mouad Mrabet, coordonnateur du Centre national des opérations d’urgence de santé publique au ministère de la Santé, avait confirmé cette triste réalité, en indiquant que le Maroc connait actuellement un niveau de transmission élevé du virus (niveau rouge de la contamination virale).

«La semaine du 20 au 26 juin correspond à la 7e semaine consécutive d’augmentation des nouvelles contaminations et du taux de positivité au Maroc, et la 5e semaine de la deuxième vague Omicron dominée par la circulation de plus en plus importante du sous variant BA.5», explique-t-il, non sans préciser que 110 nouveaux patients ont été admis dans les services de réanimation et soins intensifs du 20 au 26 juin, contre 34 sorties après amélioration clinique. Un nombre qui était passé à 169 cas le 4 juillet, d’après le bilan mensuel de situation épidémiologique du 8 juin au 5 juillet 2022 qu’il a dévoilé.

Vacciner pour barrer la route au Covid
D’après lui, le sous-mutant BA.5, responsable de 70,5% des contaminations, est actuellement dominant au Maroc, suivi de BA.2 avec 23%, tandis que les autres sous-mutants d’Omicron représentent 6%. Selon l’expert, le taux de positivité s’est stabilisé au cours des deux dernières semaines à 22,6%. 42 décès ont été enregistrés durant les six premières semaines de la vague actuelle. L’âge moyen des défunts s’élève à 68 ans, et 95% d’entre eux souffraient de comorbidités. 42% étaient non vaccinés, 34% avaient reçu une ou deux doses il y a plus d’un an, et dix d’entre eux avaient reçu trois doses. «Ces derniers étaient âgés de plus de 62 ans et atteints de maladies chroniques. Plus de six mois s’étaient écoulés depuis leur réception de la troisième dose», explique-t-il.

A en croire Dr. Mrabet, «la gravité et la létalité auraient été davantage inférieures si l’on en était à une bonne couverture vaccinale par la dose booster (troisième dose) de la population vulnérable ». Il invite ainsi les Marocains à aller se faire vacciner pour barrer la route au Covid. D’après le ministère de la Santé, 24,8 millions de personnes ont reçu la première dose, 23,3 millions la deuxième, et 6,5 millions la troisième, à la date du 3 juillet 2022.