Recrudescence d'actes antimusulmans en France

LE CFCM APPELLE À L’EXTRÊME VIGILANCE

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) est inquiet quant à la recrudescence des actes islamophobes et appelle à plus de vigilance. Dans un communiqué publié par le CFCM sur son site le 11 avril 2021, le Conseil condamne avec la plus grande vigueur les inscriptions racistes et islamophobes découvertes, le dimanche 11 avril 2021 au matin, sur les façades du centre musulman Avicenne de Rennes.

Un acte abject qui intervient deux jours après l’incendie criminel dont la mosquée Arrahma de Nantes a été victime ainsi que les menaces de mort adressées à la journaliste Nadiya Lazzouni parce que femme musulmane. La montée de ces actes antimusulmans à l’approche du mois de Ramadan n’est pas fortuite.

«L’histoire récente nous apprend que les débats enflammés autour de l’islam ont souvent été accompagnés d’une recrudescence d’actes antimusulmans. Force est de constater que certains débats autour du projet de loi de lutte contre les séparatismes ont malheureusement servi de tribunes pour des haineux de tous bords.

C’est un fait, le séparatisme dont l’idéologie a inspiré le tueur de Christchurch en Nouvelle Zélande a été théorisée par des intellectuels de notre pays. Les inscriptions découvertes ce matin font partie des slogans de ce séparatisme », explique le président du CFCM, Mohammed Moussaoui. Par ces inscriptions, accompagnées de croix et de références au catholicisme français, leurs auteurs instrumentalisent la religion catholique, dévoient son message d’amour et de paix et tentent de semer la haine et la division au sein de notre pays, ajoute Moussaoui.

«Ne nous trompons pas de combat. Ce séparatisme ainsi que ceux qui instrumentalisent l’islam se nourrissent mutuellement et constituent une menace pour notre pays et nos concitoyens. Face à cette instrumentalisation des religions, nous devons opposer notre volonté farouche de vivre ensemble dans la fraternité et l’entraide mutuelle.

Car, rappelons-le, les locaux qui ont servi de premières mosquées en France ont été mis à la disposition des musulmans de France par l’Église catholique», déclare le président du Conseil. Le CFCM tient, par ailleurs, à exprimer sa confiance aux forces de l’ordre mobilisées pour retrouver les auteurs de ces actes abjects, tout en appelant les musulmans de France à «l’extrême vigilance».