Record de titres de séjour en France


Le Maroc domine la scène migratoire en France en 2023. Un récent rapport du ministère français de l’Intérieur révèle un record de 323.260 premiers titres de séjour délivrés, avec les Marocains, suivis des Algériens et des Tunisiens, représentant un tiers de ce total. Cette hausse de 1,4% par rapport à 2022 met en lumière le rôle prépondérant du Maroc dans l’immigration en France.

Les chiffres sont clairs : les titres de séjour pour études restent stables à 103.500, tandis que ceux pour motifs familiaux chutent de 5% à 91.000. Par contre, un bond de 5% est enregistré pour les motifs économiques, s’élevant à 54.630. Dans une démarche controversée, la France stabilise les régularisations de sans-papiers (+0,3% à 34.400), y compris une hausse de 5% pour les travailleurs sans-papiers régularisés (11.411). Ce geste s’inscrit dans la dynamique de la nouvelle loi sur l’immigration.

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, ne mâche pas ses mots sur X (ex-Twitter): les expulsions augmentent de 10% pour dépasser les 17.000, un chiffre boosté par la collaboration avec l’Algérie. Un focus particulier est mis sur les éloignements forcés (+13% à 5.700 personnes) et le renvoi des étrangers délinquants (+30% à 4.686). 145.522 premières demandes d’asile sont enregistrées, une hausse timide face à l’explosion en Allemagne (+51%). Ces statistiques interviennent dans un climat tendu, juste avant une décision cruciale du Conseil constitutionnel sur le projet de loi immigration.

Articles similaires