Quand la reconversion professionnelle séduit les cadres marocains

COVID-19 ET MARCHÉ DE L’EMPLOI

De nombreux cadres marocains ont envisagé une reconversion professionnelle durant cette pandémie de Covid-19. C’est ce que révèlent les résultats d’une enquête du cabinet Rekrute.

Outre les préoccupations sanitaires, la pandémie de Covid- 19 a poussé de nombreux salariés marocains à se poser des questions sur leur avenir à cause du manque de visibilité sur leurs projets professionnels. Pour en savoir plus, le cabinet Rekrute a réalisé une enquête auprès de 1.311 cadres qui ont une expérience professionnelle de cinq ans minimum. Selon les résultats de ce sondage, plus de six cadres sur dix ont déjà envisagé une reconversion professionnelle, plus de 31% ont déjà effectué leur reconversion et 14% sont en cours de reconversion.

Aussi, 42% d’entre eux sont en train de se documenter, notamment sur des formations supplémentaires, pour changer de profession. Plus de 30% ont décidé d’opter pour un bilan de compétences avant de se lancer, 29% ont effectué une formation via un organisme et 26% ont décidé de s’auto former.

«Les actifs marocains prennent très au sérieux leur reconversion professionnelle et essayent de se doter des meilleurs outils pour réussir leurs projets», constate Rekrute, qui révèle que près de 40% des actifs ont déclaré que la crise sanitaire les a influencés dans leur choix et les a encouragés à se lancer dans la reconversion professionnelle.

Les motivations sont multiples. Presque la moitié évoquent un désir de changement (46,73%), d’autres estiment qu’ils ont atteint la fin d’un cycle professionnel (23,83%), ressentent le manque d’épanouissement professionnel (22,90%), ou n’arrivent pas à trouver un meilleur équilibre entre la vie professionnelle et personnelle.

Désir de changement
Les choix de carrière diffèrent aussi d’un cadre à l’autre. Environ 58% de ceux qui se sont reconvertis sont restés dans le salariat classique, tandis que 43% ont franchi ce nouveau cap pour se lancer dans l’entrepreneuriat. Une reconversion professionnelle qui semble être une décision mûrement réfléchie puisque 65% affirment ne pas regretter leur choix et se disent même prêts à se lancer dans cette aventure si c’était à refaire. Par contre, 28% déclarent qu’ils attendraient que le contexte économique soit plus favorable avant de changer de profession.

Globalement, cette enquête a dévoilé que le Covid-19 a constitué un véritable cassetête aussi bien pour les candidats que pour les recruteurs. Une situation inédite qui a suscité plusieurs interrogations chez ces professionnels du marché de l’emploi, et les poussés à trouver les bonnes stratégies pour résister à cette crise sanitaire.