Réconciliation entre les Usfpéistes de Casablanca

Tout faire pour sauver la métropole

À Casablanca, plusieurs compétences et figures de proue de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), ont décidé de se réconcilier entre eux, en vue de se lancer dans la course aux prochaines élections. Leur but n’est autre que de sauver la métropole casablancaise.

Plusieurs personnalités casablancaises de poids, affiliées à l’Union socialiste des forces populaires, viennent d’organiser une rencontre de réconciliation et se sont accordées sur la nécessité de se présenter aux prochaines élections. Il s’agirait de compétences qui se seraient vivement opposées, durant les années 80-90, à certains programmes et plans de développement de la ville qu’ils estimaient néfastes pour les habitants de la métropole.

Parmi les auteurs de cette nouvelle initiative, visant à participer aux élections en vue d’une gestion rationnelle de la plus grande ville du Royaume, il y a le professeur universitaire et avocat Brahim Rachidi, l’avocat et universitaire, Souheïl Maati, ex-secrétaire régional de l’USFP-Casa, l’ex-directeur du journal du parti et membre du conseil national de la presse, Mohamed Chawki, Mohamed Mouhib, membre du bureau politique, l’acteur associatif Abdelmaksoud Rachdi, le secrétaire régional de l’USFP Lahcen Sanhaji et l’avocat Abdelkébir Tabih.

C’est le secrétaire de l’USFP pour la région Casablanca-Settat, avec la bénédiction du premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, qui a appelé à cimenter les rangs de tous les Ittihadis de la métropole et d’appeler au retour sur la scène politique de grandes figures de la ville. Tout en les incitant présenter leurs candidatures aux prochaines élections législatives et locales.

Bonne escouade
Dans cette future bataille électorale, l’USFP va mettre à contribution une équipe formée de ses célèbres journalistes comme Abdelhamid Jmahri, Jamal Berraoui, Hanane Rihab ou Wahid Moubarek, ainsi qu’une bonne escouade de jeunes avocates et avocats et cadres itthadis. Parmi eux l’avocate Aicha Guellaa et sa consoeur Meriem Jamal El Idrissi, l’avocat Ahmed Hammouch, membre de la commission centrale de la Chabiba Ittihadya et Mostapha Siab, l’ex-membre du bureau national de la jeunesse ittihadie et secrétaire de la section des avocats à Casablanca.

Sans oublier le jeune avocat, membre de la section des avocats de Casablanca, Mahmoud Tabih. Le docteur Abdelaziz El Jamali et Abdrrahim Khalidi, l’ex-vice président de l’Université Hassan II et l’actuel directeur de l’école nationale supérieure de l’Art et du Design, feront également partie de l’équipe ittihadie qui participera aux futures élections.

Cette liste de candidats sera également renforcée par la présence de professeurs universitaires comme Sabah Chraibi, professeure de droit et activiste associative ainsi que la professeure de droit Fatna Sarhane, membre du Conseil National du parti de la Rose. Liste qui, en tout cas, reste largement ouverte à toutes les personnalités casablancaises bénéficiant des qualités nécessaires, notamment, en termes d’honnêteté et de de crédibilité, pour engager la future bataille électorale.

C’est que l’USFP estime que la ville de Casablanca a plus que jamais besoin de changement dans sa gestion. Pour le parti de la Rose, il suffit de resserrer les rangs des Ittihadis pour prendre en main la gestion de la capitale économique en vue de la sauver pendant qu’il est encore temps.

Articles similaires