Le Raja se sépare de son entraineur tunisien Lassaad Chebbi (officiel)

 

C’était dans les tuyaux depuis plusieurs jours. La confirmation est tombée ce mardi 9 novembre : Lassaad Chebbi n’est plus l’entraineur du Raja de Casablanca.

La séparation s’est faite « à l’amiable », précise un communiqué du club casablancais, ajoutant que son président, Anis Mahfoud, « remercie le technicien tunisien pour les précieux services rendus au club, lui souhaitant succès et réussite dans la suite de son parcours d’entraineur ».

Une décision qui est loin de plaire au public rajaoui, comme le démontre d’ailleurs les commentaires sur la publication Facebook annonce le départ de Chebbi. « Ce n’est pas un licenciement. Je laisse le club dans une bonne situation, et juste après une bonne prestation au derby », affirme Chebbi à l’issu de la réunion avec le responsable du club aujourd’hui. « J’ai remporté la Coupe de la Confédération et la Coupe Arabe, je suis entré par la grande porte, et je quitte le club par la grande porte auss », ajoute-t-il.

Il faut dire que la direction du Raja a maintenu le suspense jusqu’au bout. La veille de l’annonce de la séparation, le porte-parole du club, Abdelilah El Idrissi El Ibrahimi, insistait toujours que la question du limogeage de Cehbbi n’était pas à l’ordre du jour de la réunion du bureau dirigeant qui s’est tenue lundi.

Pour l’instant, Marc Wilmots est le proche de prendre les commandes techniques du Raja. De quoi provoquer encore plus l’ire des supporters des Verts, qui pointent du doigt le palmarès « très pauvre » et la personnalité « conflictuelle » du technicien belge, qui a mené sa nation lors de la Coupe du monde 2014 au Brésil et l’Euro 2016 en France, où il a respectivement atteint le quart de finale et la demi-finale.

Anis Mahfoud, un jeune "ancien" à la tête du Raja

Cible des critiques d’une large partie du public rajaoui, notamment les plus jeunes, qui lui reprochent de faire partie de l’ancienne garde, et par conséquent du “problème”, M. Mahfoud a su trouve

Lire la suite