LE RAJA SACRÉ SUR LE FIL

UNE FIN DE CHAMPIONNAT HITCHCOCKIENNE

Cela fait sept ans que le Raja courait après le titre de champion du Maroc. Il a pu le décrocher ce 11 octobre 2020 au terme d’une rencontre folle contre l’As FAR (2-1).

Palpitante, hystérique, folle… Jamais ou presque une fin de saison de football national n’a rassemblé autant de qualificatifs. De superlatifs. Le titre du champion s’est finalement joué à quelques détails près. Un titre qui, à trois minutes de la fin du temps réglementaire, était pour le Wydad de Casablanca, rival de toujours du Raja. C’est finalement le Raja de Casablanca qui a été sacré champion à l’issue d’une saison qui n’a pas pu connaître son épilogue en temps convenu initialement et qui s’est prolongée de plusieurs mois à cause de la crise sanitaire.

La trentième journée a été marquée par ce derby à distance entre le Raja et le Wydad. Le premier, disposant d’un point d’avance sur le second, recevait, ce dimanche soir, les FAR de Rabat, classés 6è à l’issue de cet ultime match. Alors que le Wydad devait croiser le fer avec le FUS de Rabat, qui a terminé la saison à la 4è place. C’est dire aussi que quatre grandes écuries du football national s’affrontaient pour clore cette saison 2019/2020 de la Botola Pro.

Aussi bien le Raja que le Wydad ont été menés au score dès la première période. Le Wydad a néanmoins réussi à rentrer aux vestiaires à la pause avec un nul partout, alors que le Raja a entamé la deuxième mi-temps toujours mené sur la pelouse du complexe Mohammed V. A la 62è minutes, Hafidi égalise pour le Raja. Une délivrance pour les Aigles verts, qui s’approchaient plus que jamais du titre, le 12è de leur palmarès.

Meneur de troupes
Les wydadis ne l’entendaient pas de cette oreille et, à la 87è minute, les Rouge et Blanc marquent le deuxième but contre le FUS. Le titre est pour ainsi dire pour le WAC. Le désespoir gagne du terrain chez le Raja. Les Casablancais retenaient leur souffle. Les drapeaux rouge et blanc font leur apparition des fenêtres et sur les toits, voire certaines voitures qui s’aventuraient sur les boulevards de la métropole.

Et, au moment où l’on attendait le coup de sifflet final des deux matches, qui se déroulaient en même temps, la joie des Rajaouis éclate. Un tir puissant du même Hafidi à pratiquement dix-huit mètres n’a laissé aucune chance au gardien des FAR. Le Raja, comme son frère ennemi, mène 2 buts à un. Ce deuxième but de Hafidi restera dans les annales du club, c’est le but du 12è titre de l’histoire du club. Les cinq minutes du temps additionnel, rallongées d’une sixième minute suite à certains arrêts, n’y font rien.

Le Raja est sacré sur le fil, à un point d’écart du Wydad. Hafidi, épuisé par un trop plein d’émotion, est remplacé. Il quitte la pelouse en pleurs. Jamal Sellami, coach du Raja, ne savait plus comment exprimer sa joie. Il a pris sa revanche sur tous ceux qui n’avaient cessé de le critiquer depuis qu’il est à la tête du staff technique du club, fin novembre 2019. Tout le monde se jette sur Hafidi, l’homme qui a permis au club de décrocher ce titre. Sans oublier Mohcine Metoualli, un meneur de troupes, un guerrier et un stabilisateur comme seul le Raja sait en produire.

Les deux matches se sont déroulés à huis clos, conditions sanitaires obligent, mais cela n’a rien enlevé à la qualité des deux rencontres, et n’a pas non plus diminué la quantité d’adrénaline chez les millions de supporters des deux clubs. Mais, au final, ce sont les aficionados des Verts qui ont envahi les rues de la capitale économique après le coup de sifflet final pour célébrer un titre largement mérité.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger