RAIDS ISRAÉLIENS SUR LA BANDE DE GAZA: ACHARNEMENT CONTRE LE MAROC

Décidément, le drame des Palestiniens dans la bande de Gaza et en Cisjordanie est un outil de manipulation idéologique par excellence pour certains pays comme l’Algérie, la Turquie et l’Iran, qui s’acharnent depuis quelques jours contre le Royaume en évoquant l’accord tripartite signé avec les Etats-Unis et Israël en décembre 2020. Ils ont tous exprimé que le Royaume est un otage de son accord signé avec l’Etat hébreu et qu’il serait gêné à défendre Al-Qods Al Sharif et la cause palestinienne.

Même le ministre palestinien des Affaires étrangères, Riyad al-Maliki, n’a pas hésité à user du même argumentaire pour critiquer, dimanche 16 mai 2021, la normalisation par certains pays arabes de leurs relations avec Israël lors d’une réunion de l’Organisation de coopération islamique (OCI), qui a qualifié de «barbares» les attaques meurtrières de l’Etat hébreu contre les Palestiniens.

La riposte n’a pas tardé. Dans des communiqués du palais royal adressés respectivement à la direction palestinienne et au Premier ministre israélien, le Royaume a fait savoir que la signature de l’accord tripartite Maroc-USA-Israël est susceptible d’être réexaminé si les autres parties ne respectent pas leurs engagements.

Dans ces communiqués, le Maroc a insisté sur sa position constante dans son soutien aux droits légitimes des Palestiniens et sur ses intentions de continuer à défendre le statut particulier d’Al Qods Al Sharif et à militer pour la préservation de son caractère sacré et islamique ainsi que pour trouver une solution politique au conflit israélo-palestinien sur la base des résolutions de l’ONU.

Dans la même lignée, le Roi Mohammed VI a donné ses instructions au ministère des Affaires étrangères pour rappeler à Israël les positions constantes du Maroc à l’égard de la cause palestinienne. Le Souverain a également ordonné l’envoi de 40 tonnes d’aides médicales et alimentaires aux habitants d’Al Qods et de Gaza, a indiqué, vendredi 14 mai 2021, le ministère des Affaires étrangères.

La même source a ajouté que le Maroc avait dénoncé les violences perpétrées dans les territoires palestiniens occupés, et dont la poursuite ne mène qu’à creuser le fossé, renforcer les rancoeurs et éloigner d’autant les chances de paix dans la région.

Le Royaume a ainsi toujours démontré par les actes son soutien à la ville d’Al Qods et à ses habitants depuis les accords de Camp David et d’Oslo, la création du comité Al Qods et de l’Agence Bayt Mal Al Qods. Une position historique et constante de l’Etat marocain dans la défense de la cause palestinienne.