Rachid M'Barki : "Le Maroc n’a besoin de personne pour défendre ses intérêts"


Le ex-journaliste de la chaîne française BFMTV, Rachid M’Barki, a réfuté, mercredi 22 mars 2023, toutes les accusations pour soupçons d’ingérence étrangère dans son travail qui le visaient, affirmant que «le Maroc est un grand pays souverain, et qui n’a besoin de personne pour défendre ses intérêts, et surtout pas de petits télégraphistes».

«On avait prétendu que j’avais été payé par le Maroc, ce qui est une absurdité totale. Le Maroc ne m’a jamais donné un seul centime pour dire quoi que ce soit», s’est-il défendu lors de son audition par une commission d’enquête du parlement français. 


Interrogé pendant deux heures par ladite commission, M. M’Barki s’est dit être ciblé par des «accusations injustes», ajoutant que «dès lors que le sujet du Maroc et de mon expression le Sahara marocain a pris l’ampleur qu’on a connue, je suis devenu soudainement, et comme par enchantement, un journaliste franco-marocain».

«Avant cela, personne n’avait fait référence à mes origines dans la presse. Il y avait même des personnes qui se demandaient de quelle origine j’étais», a fait savoir M. M’Barki.

Dénonçant un «lynchage médiatique», Rachid M’Barki a récusé les reproches émis à son endroit selon lesquels il aurait failli à sa déontologie professionnelle en passant des informations non vérifiées à l’antenne et en laissant supposer qu’il aurait été rémunéré pour cela. «Tout cela est faux et relève de la calomnie pure», a-t-il souligné.

Articles similaires