REMANIEMENT MINISTÉRIEL

Qui veut la tête des ministres de Aziz Akhannouch?


L’antienne, on la répète depuis plusieurs années même dans les salons r’batis: un remaniement ministériel devrait advenir tantôt au niveau du gouvernement Aziz Akhannouch. Un bruit qui a été répercuté jusque dans les grands médias, avec, à titre d’exemple parlant, l’hebdomadaire français “Jeune Afrique” qui avait annoncé, dès août 2022, moins d’une année après l’entrée en fonction dudit cabinet, le départ conjoint de Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice, et Abdellatif Miraoui, ministre de l’Enseignement supérieur, tous deux encartés au Parti authenticité et modernité (PAM).


Sauf qu’il est inutile de le préciser, les deux responsables sont, à ce jour, encore en poste, tout comme le reste de leurs collègues qui, à un moment ou un autre, ont fait l’objet des mêmes rumeurs. “Au final, la décision revient à Sa Majesté, au-delà de cela il ne s’agit que de pures conjectures”, rappelle un proche du sérail, dont Maroc Hebdo a pris l’attache. Petite nouveauté toutefois, c’est, cette fois, Aziz Akhannouch qui a entrouvert la porte au remaniement.

Questionné par nos confrères Sabah Bendaoud et Jamaâ Goulahsen lors de son passage du 25 avril 2024 sur les écrans de la télévision publique, le patron de l’Exécutif n’a, du moins, pas apporté de démenti formel, expliquant qu’un relifting n’était pas à écarter au lendemain du congrès du Parti de l’Istiqlal (PI), clôturé trois jours plus tard. Et cela va sans dire que les spéculations vont désormais plus que jamais bon train.

Articles similaires