Quatrième édition du festival "Littératures itinérantes"

Le rendez-vous du brassage culturel

La ville de Fès abrite, le 1er octobre 2022, la quatrième édition du festival “Littératures itinérantes”. Un rendez-vous littéraire qui souhaite vulgariser les échanges entre écrivains et lecteurs.

Si vous êtes un grand passionné de littérature, ce rendez-vous est le vôtre. Fès, capitale spirituelle et culturelle du Maroc, accueillera ce 1er octobre 2022, quarante écrivains, dans le cadre de la quatrième édition du festival «Littératures itinérantes». D’éminents experts de la langue en provenance de onze pays, dont le Maroc, la Palestine, la France, la Jordanie, l’Égypte, la Mauritanie, le Cameroun, le Liban, l’Algérie, la Tunisie, la Turquie, le Soudan et la Côte d’Ivoire. Tous se donnent rendez-vous au Jnan Sbil, lieu symbolique et historique. L’un des plus anciens jardins du Royaume.

«Il ne s’agit pas d’un salon du livre, mais plutôt d’un événement concentré sur une journée et qui permet à une brochette d’auteurs de rencontrer le public», indique Driss El Yazami, membre du bureau de l’Association Littératures itinérantes. Un bel espace vert qui abritera deux tables rondes. La première, en langue française, à laquelle prendront part Fouad Laroui (Maroc), Véronique Tadjo (Côte d’Ivoire), Ivan Jablonka (France) et Christiane Taubira (France), et la seconde, en langue arabe, verra la participation de Abdelfattah Kilito (Maroc), Zayneb Laouedj (Algérie), Najwan Darwich (Palestine) et Abdelaziz Baraka Sakin (Soudan).

Promouvoir le vivre-ensemble
La particularité de cet évènement, dont les précédentes éditions ont été organisées, à Salé (2017), Casablanca (2018) et Marrakech (2019), c’est qu’il facilite les échanges entre les écrivains et le public. Un concept dont l’objectif est de «rapprocher le lecteur de l’écrivain et de créer un échange entre les deux dans un espace ouvert », explique Nadia Essalmi, présidente de l’Association Littératures itinérantes. «D’une culture à l’autre», c’est la thématique de cette édition. Un choix qui est loin d’être anodin, puisque la littérature est, selon elle, «le meilleur moyen pour rapprocher les peuples et promouvoir le vivre-ensemble».

Les jeunes écrivains seront aussi à l’honneur durant ce rendez-vous littéraire, à travers le concours de nouvelles destiné aux 18 à 30 ans, afin d’encourager la création littéraire chez eux.