A quand la levée de l'état d'urgence?

Importante baisse des cas de Covid depuis plusieurs semaines

Malgré une baisse notoire des contaminations liées au Covid-19 dans le royaume, le gouvernement maintient toujours l’état d’urgence sanitaire. Une situation incompréhensible et paradoxale.

Le Covid-19 ne semble plus d’actualité au Maroc depuis plusieurs semaines. Le fameux virus qui faisait naguère des ravages au sein de la population, notamment chez les personnes vulnérables, a perdu ses ailes. Les clignotants sont au vert. Et les dernières statistiques du ministère de la Santé le prouvent. Sur 18.583 tests réalisés, seuls 60 nouveaux cas ont été détectés entre le lundi 5 septembre et le jeudi 8 septembre 2022.

Le nombre de cas actifs poursuit sa tendance baissière pour se situer à 262 cas à la date du jeudi, et celui des cas sévères ou critiques à 11. Quant au taux d’occupation des lits, il était de 0,21%. Autrement dit, de nombreux lits ont été donc libérés et pourraient être utilisés pour l’hospitalisation d’autres patients qui souffrent de maladies souvent même plus graves que le Covid. Trois cas étaient sous incubation et un cas sous ventilation non invasive. Pour ce qui est de la vaccination, les chiffres sont tout aussi rassurants. Plus de 24,8 millions avaient reçu la première dose, plus de 23,3 millions la deuxième, 6,7 millions la troisième et 43.622 la quatrième dose.

Le dernier bilan bimensuel (5 juillet- 8 août) du ministère de la Santé présenté le mardi 9 août 2022 confirmait une nouvelle fois cette grande baisse de la pandémie dans le Royaume. Le département de Khalid Aït Taleb avait annoncé la fin de la deuxième vague Omicron, après deux semaines consécutives de niveau de vigilance «vert faible» de la circulation communautaire du Covid-19 et le début de la phase post-vague ou la quatrième période intermédiaire. «Le Maroc a connu une quatrième vague de la circulation communautaire du Covid-19 qui a duré 11 semaines et a atteint son apogée dans les deux semaines du 20 juin au 03 juillet derniers», avait déclaré Dr. Mouad Mrabet coordonnateur du Centre national des opérations d’urgence de santé publique du ministère lors de la présentation de ces statistiques.

Paradoxe
Mais paradoxalement, et en dépit de cette situation rassurante, le Conseil de gouvernement avait décidé, le mercredi 27 juillet 2022, de prolonger la durée de l’état d’urgence jusqu’au 30 septembre 2022. «Cette décision vise à assurer l’efficacité des mesures prises par les autorités publiques afin de lutter contre la propagation de la pandémie de Covid-19», justifiait-il. Une mesure qui avait d’ailleurs étonné de nombreux Marocains.

Et ce qui est bizarre, c’est que les principales mesures restrictives prévues en cas d’état d’urgence sanitaire ne sont pas respectées et les sanctions prévues pas appliquées. Qui plus est, on assiste de plus en plus à une reprise des grands évènements culturels tels que les festivals, concerts, etc., et sportifs avec des stades bondés de monde. Même pour cette rentrée scolaire le ministère de l’Education nationale a desserré l’étau. Autant de contradictions qui devraient pousser le gouvernement à lever cette mesure à l’instar de quasiment tous les pays du monde excepté peut-être la Chine.