Protestations au sein du corps médical et infirmier

Prendre d'une main ce qu'on donne de l'autre

L’Association marocaine des sciences médicales proteste contre la décision du gouvernement de ponctionner les salaires dérisoires des infirmiers.

“Ne touche pas à mon argent’’, ‘’Ma contribution: Ma vie et celle de ma famille’’… Tels étaient les slogans brandis le 16 avril 2020 par le personnel de l’Unité de vigilance médicale de l’hôpital Moulay Abdellah à Salé, en réaction à la décision du Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, de prélever trois jours sur le salaire net des fonctionnaires de l’Etat, des collectivités territoriales et des établissements publics. Les protestataires ont exprimé leur rejet de cette décision, arguant qu’ils se sacrifient et exposent leur vie au danger de mort pour sauver celle des autres.

Dans la même lignée, l’Association marocaine des sciences médicales a adressé une lettre au Chef du gouvernement dans laquelle elle exprime sa désapprobation de cette décision qui touche également les salaires dérisoires des infirmières et infirmiers et des techniciens de santé et que les instructions royales qui ont donné naissance au Fonds spécial pour la gestion de la pandémie Covid-19 n’englobent pas le prélèvement à la source des salaires des fonctionnaires.

Pour cette catégorie de fonctionnaires, considérés comme le premier soldat au front contre le coronavirus, M. El Othmani veut leur prendre d’une main ce qu’il a promis de leur donner de l’autre. Il y a quelques jours, le Chef du gouvernement a décidé de suspendre les primes et les promotions des fonctionnaires exception faite du personnel médical et infirmier, au regard de leurs sacrifices et des gros risques qu’ils encourent.


X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger