LES PRONOSTICS DÉMENTIS PAR LA CONJONCTURE

LÉGÈRE BAISSE DES TRANSFERTS D’ARGENT DES MRE

Privés de vacances au Maroc à cause de la crise du Covid-19, les Marocains établis à l’étranger ont par solidarité continué à envoyer de l’argent à leurs familles en difficultés. C’est ce qui explique en quelque sorte la faible baisse des transferts financiers des MRE, contrairement aux pronostics du gouvernement.

Les transferts d’argent effectués par les MRE ont-ils été impactés par la crise du Covid-19? La question s’était posée il y a quelque temps déjà et les pronostics les plus pessimistes ont été établis par les institutions publiques. Alors qu’ils sont considérés comme la première source de devises pour le pays, les transferts des MRE devaient normalement subir, selon les prévisions initiales du gouvernement, une baisse importante de 20 voire 30%. L’estimation était plutôt raisonnable compte tenu de la situation économique dans les pays où est installée une forte communauté marocaine. Des pays comme la France, l’Espagne, la Belgique, l’Italie et la Hollande.

Or, ces pays européens ont vécu l’enfer avec le Covid-19 avec des situations sanitaires catastrophiques qui se sont répercutées sur leur économie. Résultat, malgré leur puissance économique et leur développement avancé, tout les prédispose à vivre l’une des années les plus terrifiantes de leur histoire.

Une situation inédite
Dans ce contexte sinistré à l’international, les Marocains établis à l’étranger ont tout de même réalisé l’exploit. A en croire les dernières statistiques rendues publiques, lundi 28 septembre 2020, par l’Office des changes, les transferts d’argent effectués par les MRE n’ont baissé que de 3%. Mais cette petite baisse qui déjoue visiblement tous les pronostics s’explique par une situation inédite que nous livre un spécialiste de la migration: les Marocains avaient l’habitude d’apporter des cadeaux et de distribuer de l’argent à leurs familles dès leur retour au pays pendant l’été. Mais à contexte exceptionnel, traitement exceptionnel.

Cette année, pour des raisons sanitaires et pour cause de fermeture des frontières, ils ne sont pas rentrés au pays mais par solidarité, et pour faire face aux circonstances difficiles actuelles, ils ont continué à envoyer de l’argent à leurs familles.

Cet état de fait a permis en quelque sorte de limiter la baisse des transferts vers le Maroc. Mais cette tendance, qui a contribué à amortir le choc de la crise, ne va probablement pas perdurer. Et pour cause, la chute des revenus des Marocains établis à l’étranger, notamment dans les pays les plus touchés par la crise sanitaire comme en France, en Espagne et en Italie, va empêcher ces Marocains de continuer à envoyer de l’argent vers le Maroc.

C’est pour cela que l’Office des changes s’attend à une baisse significative des transferts à partir du mois de septembre. Une situation appelée à s’aggraver pendant l’année prochaine avec la crise économique qui va s’accentuer et le chômage qui va exploser.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger