Les prix des produits alimentaires resteront élevés jusqu’à fin 2024 selon la Banque mondiale


Les prix des produits alimentaires resteront à des niveaux élevés jusqu’à la fin de l’année 2024. C’est la triste nouvelle annoncée par la Banque mondiale dans un nouveau rapport sur la sécurité alimentaire. Une conjoncture qui est l’une des conséquences de la guerre russo-ukrainienne. «La guerre en Ukraine modifie la physionomie des échanges, de la production et de la consommation des produits de base, ce qui devrait maintenir les prix à des niveaux élevés jusqu’à la fin de l’année 2024, aggravant ainsi l’insécurité et l’inflation alimentaires», explique-t-elle. Comme d’habitude, les pays moins développés sont les plus affectés, avec une forte inflation. D’après le rapport, 88,9% des économies à faible revenu, 91,1% des économies à revenu intermédiaire de la tranche inférieure et 96% des économies à revenu intermédiaire supérieur ont enregistré des taux d’inflation supérieurs à 5 % entre mai et septembre 2022.

Selon l’institution financière, cette crise alimentaire observée dans le monde a été aussi en partie aggravée par l’intensification des restrictions commerciales mises en place par les pays pour accroître l’offre intérieure et faire baisser les prix. «À la date du 10 octobre 2022, 21 pays avaient imposé 26 interdictions d'exportation sur certains produits agricoles et huit pays avaient adopté 12 mesures limitant les exportations», indique-t-elle.

Dans un récent rapport, le Fonds monétaire internationale (FMI) indiquait qu’il fallait mobiliser entre 5 et 7 milliards de dirhams de dollars de dépenses supplémentaires pour aider les ménages vulnérables des 48 pays les plus durement touchés par la hausse des prix des importations de denrées et d’engrais. Aussi, 50 milliards de dollars seront nécessaires pour mettre fin à l’insécurité alimentaire aigue au cours des douze prochains mois.

E.S

Articles similaires