DES PRIX HORS DE PORTÉE ET NON REMBOURSABLES

LE MINISTÈRE DE LA SANTÉ GÉNÉRALISE LES TESTS PCR À TOUS LES LABORATOIRES DU PAYS

La généralisation des tests PCR à tous les laboratoires privés du Royaume va certainement rapprocher le dépistage pour les Marocains mais le prix de 700 dirhams auquel il est facturé est jugé excessif, voire inaccessible.

Dans une circulaire diffusée samedi 26 septembre 2020, le ministère de la santé vient d’autoriser tous les laboratoires d’analyses médicales dans le pays à effectuer les tests Covid. La circulaire précise que le laboratoire qui souhaite bénéficier d’une autorisation dans ce sens doit signer le cahier des charges téléchargeable sur le site Internet du ministère de la santé. Parmi les critères qu’il doit satisfaire, s’engager à donner les résultats du test PCR dans un délai ne dépassant pas 48 heures et facturer ce test au prix maximum de 680 dirhams. Or, ce qui se passe actuellement chez les laboratoires déjà autorisés relève de la pure surenchère médicale.

Facturé au prix de 700 dirhams, le résultat du test est donné généralement au-delà de 48 heures. Sur ce plan, le patient invité à effectuer ce test dans un laboratoire privé vit en général une situation psychologique pénible qui peut dégénérer en une dépression nerveuse. Certains labos font signer au patient, avant le prélèvement, un document à travers lequel il accepte que la livraison du résultat varie entre 24 heures et 4 jours. Un délai jugé très long compte tenu de l’évolution rapide de la maladie, ce qui pourrait provoquer chez le malade des complications graves à cause d’une prise en charge tardive.

Pour un responsable d’un laboratoire privé à Casablanca, de très nombreux laboratoires ne font que les prélèvements et sous-traitent par la suite les analyses à d’autres centres probablement équipés en matériel nécessaire. Ce qui explique probablement le délai rallongé de livraison du résultat.

Somme excessive
Autre problème qui se pose: les tests PCR ne sont pas encore remboursés par la sécurité sociale ni par les compagnies d’assurances. Mi-août dernier, une polémique avait éclaté autour de la CNOPS, qui avait informé l’opinion publique que les soins prescrits dans le cadre de la Covid-19 ne sont pas remboursables. Une communication qui avait été démentie 24 heures plus tard par le ministère de l’économie et des finances, qui a indiqué préparer un dispositif de remboursement au niveau de la CNOPS et de la CNSS. Ce remboursement englobera les tests et la prise en charge dans une structure médicale privée.

Mais, en attendant la mise en place d’une couverture médicale généralisée pour tous les Marocains, ces derniers devront débourser 700 dirhams pour un test. Une somme excessive, voire inaccessible, pour une grande partie des Marocain. Pour beaucoup, pendant cette crise du covid-19, marquée par la chute des revenus et du pouvoir d’achat, le ministère de la santé devrait subventionner ce test pour le ramener à un prix accessible. Le maintenir à ce prix va dissuader de nombreux marocains d’effectuer ce test.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger