LE PRIVÉ À LA RESCOUSSE DU PUBLIC

18 LABORATOIRES PRIVÉS AUTORISÉS À EFFECTUER LES TESTS DE DÉPISTAGE DU COVID-19

La nouvelle stratégie de dépistage, réclamée pendant longtemps par les particuliers et une grande partie du corps médical, a été annoncé en août dernier par le ministre de la santé, Khalid Ait Taleb, lors de sa visite à Marrakech pour s’enquérir de la situation épidémiologique dans la ville ocre.

La crise sanitaire a mis à nu les failles du secteur de la santé publique. Aussi bien au niveau de la prise en charge des malades que des tests de dépistage. Le dépistage. Alors qu’ils étaient interdits par le ministère de la santé pour réaliser des tests de dépistage, dans le cadre d’une ancienne stratégie visant à limiter les tests aux laboratoires publics pour davantage de contrôle et d’efficacité, les labos privés sont, face à la forte demande, désormais autorisés, depuis le vendredi 11 septembre dernier, à effectuer les tests de dépistage du Covid-19 pour le compte des particuliers.

Une autorisation détaillée dans la circulaire 044 du ministère de la santé. Les 18 laboratoires privés autorisés, répartis sur le territoire national: 6 à Casablanca, 1 à El Jadida et un autre à Mohammedia. La région de Fès-Meknès, elle, compte 4 laboratoires: 3 à Fès et un seul à Meknès. Trois laboratoires ont eu une autorisation dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima: 2 à Tétouan et un seul à Tanger, deux autres à Rabat-Salé-Kénitra (Rabat et Témara- Harhoura) et un seul à Agadir.

Néanmoins, rien n’a été précisé concernant la tarification qui sera appliquée. D’aucuns estiment que les tarifs qui seront en vigueur sont ceux déjà appliqués dans le passé par les laboratoires privés qui étaient préalablement autorisés, à savoir le Laboratoire international d’analyses médicales, appartenant à Docteur Abdallah Benslimane, ancien directeur de l’Institut Pasteur, et le laboratoire de l’hôpital Cheikh Khalifa, à Casablanca. Les tarifs appliqués dans le secteur privé sont: 500 dirhams pour le test PCR et 100 pour le test sérologique. C’est la tarification qui a été officiellement communiquée par le laboratoire Cheikh Khalifa au lendemain du lancement par la CGEM de la campagne de dépistage massif dans les entreprises.

Prise en charge rapide
Avec l’autorisation des laboratoires privés, la pression sur les laboratoires publics retombera certainement face à la hausse importante des tests réalisés. Ce qui va réduire le temps de sortie des résultats des analyses. Ce gain de temps va permettre la prise en charge rapide des cas positifs. D’où un taux de guérison qui sera plus élevé et un taux de mortalité qui sera probablement bas. La nouvelle stratégie de dépistage, réclamée pendant longtemps par les particuliers et une grande partie du corps médical, a été annoncée en août par le ministre de la santé, Khalid Aït Taleb, lors de sa visite à Marrakech pour s’enquérir de la situation épidémiologique dans la Ville ocre.

Il avait, en effet, promis que les laboratoires privés seraient autorisés à s’impliquer dans la chaîne de dépistage pour permettre aux Marocains se faire dépister et se faire soigner le plus rapidement possible. Maintenant qu’ils sont autorisés, les labos privés sont néanmoins tenus de faire preuve de rigueur et de moralité pour affronter cette crise sanitaire sans précédent.


Laisser un commentaire

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger