Prêt de plus d'un milliard de dirhams de la BERD pour le projet Nador West Med


100 millions d’euros (près de 1,10 milliard de dirhams). C’est le montant du prêt supplémentaire que la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) a octroyé à la société Nador West Med pour la construction du port éponyme dans la région de l’Oriental. C’est ce qu’a annoncé l’institution bancaire dans un communiqué publié lundi 12 décembre 2022. «Ce prêt correspond à une deuxième et nouvelle tranche accordée par la BERD dans le cadre du financement initial de 200 millions d’euros signé en 2015 pour le projet du port de Nador West Med», précise-t-elle.

Selon elle, cette nouvelle enveloppe permettra de renforcer le potentiel économique de cette région à travers cette infrastructure, et d’attirer d’importants investissements directs. «Le port favorisera le développement des marchés, constituera une source directe d’opportunités d’investissement dans le secteur privé grâce à l’exploitation des terminaux portuaires et encouragera la création d’industries locales».

Le projet Nador West Med, dont les travaux ont été lancés en décembre 2012 par le roi Mohammed VI, est implanté sur le site stratégique de la baie de Betoya, située sur la façade Ouest du Cap des Trois Fourches, à environ 400 kilomètres du détroit de Gibraltar. Un emplacement stratégique puisque l’édifice est situé en face des principales routes maritimes Est-Ouest des trafics conteneurs et produits pétroliers. Il sera composé d’un nouveau port en eau profonde disposant de capacités importantes pour le transbordement des conteneurs, le développement d’un pôle énergétique (traitement, conditionnement, stockage des hydrocarbures et produits dérivés) et le traitement des produits vrac, notamment le charbon. Ce complexe portuaire, qui devrait être opérationnel avant fin 2024, pourra traiter chaque année jusqu’à 3 millions de conteneurs EVP (Équivalent vingt pieds) avec une possibilité d’augmentation de 2 millions de conteneurs supplémentaires, et 25 millions de tonnes d’hydrocarbures. Outre l’infrastructure portuaire, des zones industrielles, logistiques et de services seront érigées sur la zone franche bâtie aux alentours du port et sur la zone de développement.

Articles similaires