Le président de Melillia accuse le Maroc de vouloir étouffer l'économie de l'enclave occupée

Le désarroi des responsables Espagnols monte d’un cran

Le blocus économique imposé par le Maroc aux ports espagnols et aux échanges commerciaux avec les deux présides occupés de Sebta et Melillia a eu un effet dévastateur sur les deux économies locales. Un véritable casse-tête pour le gouvernement de Pedro Sanchez.

Il n’y a pas que les officiels espagnols qui perdent le nord du fait du blocus imposé par le Maroc aux échanges commerciaux terrestres via Sebta et Melillia et au transit des MRE par les ports espagnols. Dans une interview accordée à l’agence de presse espagnole EFE, le président de l’enclave occupée de Melillia, Eduardo de Castro de Ciudadanos, a montré qu’il ne sait plus à quel se saint vouer face à la paralysie de l’activité économique dans le préside.

Eduardo de Castro de Ciudadanos ne semble pas supporter la fermeture des frontières maritimes, encore moins terrestres, entre le Maroc et l’Espagne. Dans une interview accordée le 27 juin 2021 à l’agence de presse espagnole EFE, il a déclaré: «La feuille de route du Maroc est claire: il veut grandir et, avec cette croissance, nous nous noyons. C’est bien qu’il veuille grandir en construisant d’immenses ports dans le nord du pays ainsi que d’autres infrastructures, mais pas à nos dépens».

Les ports marocains qui font peur au président de Melillia, ce sont surtout le Port Tanger Med et celui de Nador, près de Melillia, qui a multiplié par vingt sa capacité en quelques années. Pour Eduardo de Castro de Ciudadanos, le Maroc veut également étouffer Melillia et Sebta en imposant depuis 2019 un blocus commercial.

Institutions européennes
«Le Maroc a osé non seulement ne pas autoriser les marchandises en provenance de Melillia, mais aussi les hommes d’affaires qui apportent des marchandises de la Péninsule. Lorsqu’ils voient que cellesci proviennent des entreprises de Melillia, ils ne les admettent pas, y compris les marchandises qui doivent être admises», s’insurge-t-il. Face au blocus, le président du préside occupé de Melillia propose de développer des stratégies visant à en finir avec la dépendance au pays voisin. «Le règlement du problème de Sebta et Melillia passe inexorablement par les institutions européennes, pas seulement en Espagne. J’ai longtemps soutenu que la solution passait par Bruxelles», explique M. De Castro. Il a avancé que Melillia a élaboré un plan stratégique pour 2021-2029.

De Castro de Ciudadanos suit au fait la politique du gouvernement espagnol, qui veut mettre sur les rails un plan stratégique pour contrer le blocus économique imposé par le Maroc, révèle El Pais qui s’étaye sur un rapport gouvernemental. Ainsi, le gouvernement de Pedro Sanchez envisage d’intégrer Sebta et Melillia dans l’union douanière de l’UE et de revoir leur régime économique et social.

La confusion des responsables espagnols est patente. Ils savent pertinemment que la réalisation de ce plan stratégique est très difficile et qu’il faut plusieurs années avant d’en finir avec la dépendance du Maroc. Mais ils oublient que 95% au moins des échanges économiques et commerciaux des deux enclaves se font avec le nord du Maroc. Même leur plan stratégique ne peut apporter une solution à cette réalité.

Articles similaires