Poussière noire à Kénitra : Face aux “répercussions” sur la santé de la population, une association “porte plainte”

La “poussière noire” continue de créer des remous dans la ville de Kenitra. L’énigmatique phénomène est de retour en ce mois d’août, provoquant une énième vague de plaintes des citoyens qui craignent que leur santé soit affectée par les particules sombres qui entachent le ciel de la ville. 

Dans ce sens, la Ligue marocaine pour la citoyenneté et les droits de l'Homme (LMCDH) a annoncé, dans un communiqué publié dimanche, qu’elle prévoyait de déposer une plainte en urgence auprès du procureur du Roi près la Cour d'appel de Kénitra, ajoutant qu’elle avait reçu les doléances de citoyens touchées par les effets de cette poussière noire, notamment parmi les enfants et les personnes souffrant de maladies respiratoires. 

D’après la société civile et la population, ce phénomène est dû à “l’activité” dans la zone industrielle à l’entrée de la ville, et plus particulièrement à “l’utilisation du fuel” dans le centrale thermique récemment relancée. 

La LMCDH a d’ailleurs critiqué la version officielle qui se base sur une étude réalisée par un laboratoire étatique, selon laquelle le retour de la poussière noire dans le ciel de Kénitra ne serait pas inquiétant, et serait le résultat de la forte chaleur et autres facteurs climatiques dont l’absence de vents qui permettaient de dissiper les fumées des unités industrielles. 

La ville de Kenitra est confrontée à ce problème depuis plusieurs années, alors que le gouvernement se veut rassurant. Le ministère de la Transition énergétique et du développement durable avait rendu public, en janvier 2022, une communiqué sur la qualité de l'air dans la ville de Kénitra, dans lequel il précise que l'indice de qualité de l'air (IQA) au cours des 10 premiers mois de 2021 correspond aux catégories "très bon" et "bon" selon le barème en vigueur.