LA POLITIQUE DU BRICOLAGE

LE GOUVERNEMENT “VERROUILLE” HUIT GRANDES VILLES

La décision brutale d’interdire l’entrée et la sortie pour 8 villes marocaines a créé un chaos total dans le pays à quelques jours de l’Aïd Al Adha. Une fête au goût de la chienlit.

Les Marocains sont encore sous le choc. Alors qu’ils s’apprêtaient à voyager pour fêter l’Aïd Al Adha avec leurs proches, ils sont consternés par la décision gouvernementale, rendue publique dimanche 26 juillet 2020 à 19h, d’interdire l’entrée et la sortie pour 8 villes: Casablanca, Settat, Berrechid, Tanger, Tétouan, Fès, Meknès et Marrakech. Une décision entrée en vigueur dimanche à minuit. A peine le communiqué diffusé, la chienlit s’est installée dans tout le pays. On dirait un pays en guerre civile.

Des Marocains, sac sur le dos, traversent les routes à pieds pour regagner leurs destinations. Les images choquantes, qui ont fait le tour de la toile, renvoient au spectacle terrible des réfugiés syriens et irakiens qui marchaient le long des frontières avec la Turquie pour fuir la guerre dans leur pays. D’autres Marocains, très nombreux, embarquent précipitamment dans leurs voitures pour pouvoir arriver avant minuit à leurs destinations. Les bouchons et les embouteillages créés sur les autoroutes et aux gares de péage décrivent une situation chaotique avec des files monstres de voitures à bord desquelles se trouvent des bébés et des enfants en bas âge.

Sur les autoroutes, de nombreux accidents meurtriers se sont produits. Des camionnettes renversées, des corps humains jonchant le sol, des voitures calcinées. Bref, un désastre indescriptible digne des images de chaos qu’on a l’habitude de voir dans les films d’action d’Hollywood. Dans les gares routières, les pauvres voyageurs ont vécu l’enfer.

Amateurisme
Les intermédiaires ont profité de l’aubaine pour escroquer les Marocains: prix qui ont quintuplé, autocars non disponibles et places limitées. Jamais de telles scènes d’anarchie et de chaos n’ont été vécues dans le pays. Sur les réseaux sociaux, les internautes ont déversé leur haine sur le Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, traité de tous les noms.

Le Chef du gouvernement, qui a fait une sortie médiatique pour tenter de justifier le communiqué conjoint du ministère de l’Intérieur et celui du département de la Santé, assume, en effet, toute la responsabilité de cette décision impromptue qui a choqué l’opinion publique. Entre ceux qui appellent à sa démission et ceux qui incitent à boycotter les futures élections, les Marocains n’ont jamais été aussi critiques envers le gouvernement. Un gouvernement qu’ils avaient pourtant applaudi pendant le confinement grâce aux mesures d’anticipation prises au tout début de la crise sanitaire.

Mais il semble que la hausse excessive des cas positifs au Covid-19 mais surtout des cas graves et des cas de morts a fortement déstabilisé le gouvernement au point de le pousser à prendre des décisions aussi irréfléchies et brutales que celle de fermer entièrement 8 grandes villes à la circulation. L’amateurisme reprend ainsi le dessus de l’action publique en attendant des jours meilleurs.


Laisser un commentaire

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger