Le Polisario rejette l'option de la reprise des négociations, objet de la tournée de de Mistura

Un blocage orchestré par Alger

Le Polisario cherche à affaiblir la mission de l’Envoyé spécial des Nations-Unies pour le Sahara. Il déclare ne pas abandonner le droit à l’autodétermination et à l’indépendance, au moment où son mentor, l’Algérie, refuse de reconnaitre être partie prenante au conflit.

Comme attendu, le Polisario met le bâton dans la roue de la reprise des négociations autour du conflit du Sahara en vue de trouver une solution politique mutuellement acceptable par les parties prenantes, dont l’Algérie et le Maroc. A l’issue de la tournée de l’Envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura, samedi et dimanche, 15 et 16 janvier 2022, le représentant du Polisario auprès des Nations Unies et coordonnateur auprès de la mission de la MINURSO, Khatri Addouh, a tenu, lundi 17 janvier 2022, à Tindouf, une conférence de presse pour parler de la visite de l’Envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies.

Ainsi, Khatri Addouh, a jeté le doute sur le succès escompté de la tournée de M. de Mistura. «L’envoyé personnel des Nations unies n’ira pas loin dans la recherche d’une solution pacifique et juste à la question du Sahara, sans intervention ferme du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale des Nations unies, contre l’attitude manipulatrice et cynique du régime marocain», a-t-il déclaré.

Plomber l’avenir
Le responsable du mouvement séparatiste a accusé le Maroc de «toujours chercher à imposer ses conditions aux envoyés personnels de l’ONU et même à l’actuel secrétaire général pour déterminer la forme ou la manière des efforts et celle des négociations».

Tout en rappelant que M. de Mistura n’a pas visité le Sahara, Khatri Addouh a plombé l’avenir des négociations. «Nous ne croyons pas que l’envoyé personnel des Nations unies puisse couvrir toutes ses préoccupations à l’égard de la question, sans visiter [ces] zones, d’autant plus qu’elles sont la principale préoccupation des Nations unies, comme elle est responsable du territoire et c’est là que se trouve le quartier général de la MINURSO», a-t-il dit. M. Addouh a souligné, en outre, que «toute action des Nations unies qui exclut» le Sahara et les Sahraouis «sera incomplète». Et de conclure: «Nous avons une forte volonté d’entrer dans un processus politique, nous sommes amoureux de la paix mais nous n’allons pas abandonner notre droit à l’autodétermination et à l’indépendance».

Staffan de Mistura s’est rendu dans les camps de Tindouf, deuxième étape de sa tournée régionale, pour rencontrer les responsables du Front. La position du Polisario était attendue. Elle ne diffère pas des déclarations des responsables algériens, qui prônent l’indépendance et l’autodétermination et qui continuent de rejeter l’idée qu’Alger est partie prenante à ce conflit en dépit des résolutions du Conseil de sécurité qui le soulignent et en attestent clairement.