Policy Center for the New South : "Le Maroc, l’économie africaine susceptible de subir le plus grand choc négatif de la guerre en Ukraine"

Publiée le 28 février 2022, une étude du think tank marocain Policy Center for the New South (PCNS) démontre l’impact économique de la guerre en Ukraine sur les économies africaines en général et celle du Maroc en particulier. Un constat majeur se dégage de cette étude: «Le Maroc est l’économie africaine susceptible de subir le plus grand choc négatif de cette guerre», soulignent les rédacteurs de ce Policy Brief. Pour cause, le Maroc est fortement dépendant de l'énergie et de la nourriture importées. Les importations marocaines de pétrole, de gaz et de charbon ont constitué 6,4% du PIB en 2019, environ le double des parts de l'Égypte et de l'Afrique du Sud. Le Maroc est également un gros importateur de céréales. Le coût des céréales importées était de 1,4% du PIB en 2019, mais en raison d'une mauvaise récolte attendue en 2022, les importations en 2022 pourraient augmenter trois fois plus que les importations de 2021. Cela signifie que «l'effet combiné de la hausse des prix du pétrole et des céréales, s’il se maintient, pourrait coûter au Maroc entre 1% et 2% de revenu national cette année», lit-on.

Outre l'impact sur la balance extérieure du Maroc, la flambée des prix du pétrole et des denrées alimentaires s’ajoute au déficit budgétaire élevé, estimé à 6,5% du PIB cette année. La hausse des prix intensifiera également les pressions inflationnistes, comme dans le cas de l'essence et d'autres combustibles dont les prix sont libéralisés. «Alors que les syndicats pressent les autorités d'ajuster les salaires pour compenser la hausse des prix, l'inflation des prix semble encore plus élevée», conclut Policy Center for the New South. Pour illustrer les effets de la guerre sur l'Afrique, les chercheurs Abdelaziz Aït Ali, Fahd Azaroual, Oumayma Bourhriba, et Uri Dadush, se sont focalisés sur six grandes économies du continent qui représentent ensemble plus de 60% du PIB africain. Trois sont des exportateurs d'énergie: l'Algérie, l'Angola et le Nigeria. Deux sont proches de l'autosuffisance énergétique: l'Égypte et l'Afrique du Sud. Le Maroc, lui, est fortement dépendent de l'énergie et de la nourriture importées.