La police enquête sur le meurtre d’une ressortissante française à Tiznit, le suspect souffrirait de "trouble mentaux"

Assassinat à caractère “terroriste” ou crime commis par un individu souffrant de troubles mentaux ? La question se pose toujours, alors que la police a ouvert, samedi 15 janvier, une enquête sur le meurtre à l’arme blanche d’une ressortissante Française âgée de 79 ans, dans un marché de Tiznit.

Interpelé à Agadir, où il a agressé une autre touriste de nationalité belge, le meurtrier présumé, a été placé en garde à vue. Âgé de 31 ans, l’individu en question été filmé par un caméra de surveillance au marché municipal de Tiznit, au moment où de son agression sur une femme à l'arme blanche. Selon la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), l’agresseur a pris la fuite avant d’être interpelé à Agadir, où il a attaqué les clients d'un café situé sur la corniche, dont une femme belge qui a été hospitalisée. Le suspect avait auparavant été admis dans un hôpital psychiatrique « du 25 septembre au 25 octobre 2021”, a indiqué la DGSN, ajoutant que “l’hypothèse d'une agression pour vol”, n’est pas exclue, précise la même source.

Certificats médicaux à l’appui, la famille du meurtrier présumé a confirmé à plusieurs médias qu’il “souffrait de troubles mentaux depuis 2010, et qu’il suivait depuis 2012 un traitement pour l’aider à contenir ses violentes crises”. Cette double agression rappelle l’assassinat à l’arme blanche, en décembre 2018, de deux touristes, une danoise et une norvégienne, à Imlil près de Marrakech. Les trois principaux coupables, qui ont décapité les deux victimes au nom de l’organisation État islamique (EI), ont été condamnés à mort par le tribunal antiterroriste de Salé en juillet 2019. 21 autres individus impliqués dans ce double meurtre qui avait bouleversé l’opinion publique marocaine, ont écopé de peine allant de cinq ans de prison à la perpétuité.