LA POLICE MAROCAINE, PLUS EFFICACE QUE JAMAIS !

Le meurtrier du jeune Walid arrêté, 24 heures après le forfait

Le fait-divers est devenu, en quelques heures seulement, un évènement national. Pour certains, le sentiment d’insécurité a pris des proportions effrénées. Mais la réaction du patron de la police qui a ordonné à ses collaborateurs de consoler la famille, est salutaire. Par quoi? En arrêtant d’abord le coupable dans les plus brefs délais.

Sans grande surprise, la police a arrêté le présumé meurtrier du jeune lycéen casablancais Mohamed Walid, âgé de 16 ans, 24 heures après avoir perpétré son forfait qui a suscité indignation et tristesse sur les médias sociaux. Petit rappel poignant, alors qu’il sortait de son collège pour regagner son domicile, aux alentours de midi, lundi 12 octobre, Walid, qui se trouvait à proximité de la station de tramway Marjane Californie, à Casablanca, a été approché par un jeune de 20 ans armé d’une arme blanche à l’aide de laquelle il a tenté de lui faire peur afin de le dépouiller de son téléphone portable. Devant le refus ou plutôt le choc paralysant d’une telle situation inattendue du jeune Walid, l’agresseur n’hésita pas à lui asséner des coups mortels.

Le fait-divers est devenu, en quelques heures seulement, un évènement national. Pour certains, le sentiment d’insécurité a pris des proportions effrénées. Mais la réaction du patron de la police, Abdellatif Hammouchi, qui a ordonné à ses collaborateurs à Casablanca de consoler la famille, est salutaire. Par quoi? En trouvant d’abord et surtout le coupable dans les plus brefs délais.

Les éléments de la Brigade de la Police Judiciaire, relevant du district de sûreté de Aïn Chock à Casablanca, n’ont pas tardé à interpeller, dès le lendemain, mardi 13 octobre 2020, dans l’après-midi, le présumé coupable de ce forfait ignoble. Les opérations de recherches menées ont permis de saisir l’arme blanche qui a été utilisée pour perpétrer ce crime, ainsi que les vêtements que portait le suspect au moment où il a commis son crime. Ces éléments à charge ont entre-temps été transmis au laboratoire de la police scientifique, relevant de l’Institut des sciences forensiques de la DGSN, à des fins d’expertises.

C’est dire que la réaction a été à la hauteur des attentes. Il est vrai que des agressions ci et là donnent l’impression que l’insécurité règne. Seulement, en réalité, les efforts inlassables des hommes de Hammouchi méritent d’être valorisés. Comme dans tous les pays du monde, les faits divers miroitent souvent, grâce aux médias sociaux et au matraquage que ceuxci exercent en relayant sans cesse la même information, une situation d’insécurité. Mais il est difficile d’appréhender ce sujet en se basant uniquement sur des faits dispersés dans le temps et l’espace sans comparaison avec les interventions au quotidien de la police.

C’est le cas de le dire au Maroc. La sécurité est un souci lancinant pour Hammouchi et ses équipes. D’autant plus que depuis sa nomination à la tête de cette direction générale de la sûreté nationale et de la direction générale de la surveillance du territoire, M. Hammouchi a changé la face de la police et a démontré que la sécurité et la stabilité du Royaume ne sont pas négociables. Il a fait du Maroc une référence internationale en matière de lutte contre le terrorisme et un partenaire prisé des plus grands services de renseignements du monde entier. C’est lui qui a d’ailleurs été à l’origine de la création du Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ) en charge des dossiers de terrorisme et dont les échos des exploits réalisés transcendent les frontières nationales.

Celui qui est devenu le plus jeune directeur de la DST depuis l’indépendance du pays, trilingue et diplômé en sciences politiques et spécialités dans les domaines de la sécurité et du renseignement à Paris, Londres et Washington, est capable de citer, de mémoire, les noms des membres d’une cellule terroriste, de retracer leurs parcours et leurs liens avec d’autres groupes… Il maitrise les mouvances islamistes et organisations jihadistes. Il maitrise aussi la carte sécuritaire du Maroc. Plus encore, il a su donner à l’institution de la police une facette citoyenne et lui a créé un service de communication digne de ce nom.

Aucune police au monde n’est parfaite. Mais la nôtre a fait énormément de pas en avant et a accompli des progrès importants dans la voie de sa modernisation et de son rapprochement des citoyens. Le cas du jeune Walid, qui a effondré le coeur de ses parents mais aussi de tous les Marocains, est désolant. Il ne devrait pas se reproduire certes. Mais il aidera dorénavant la police à considérer le lieu où le crime a eu lieu comme un point noir où les rondes policières devraient se renforcer. Pour que cela ne se reproduise plus.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger