Polémique à propos d’un bisou "gay" dans un film destiné aux enfants

Buzz l'éclair accusé de faire la promotion de l’homosexualité auprès d'un jeune public

Afin d’éviter que la polémique ne prenne de l’ampleur, Ciné Atlas a décidé de se prononcer sur le sujet.

Alors que le film n’a pas obtenu de visa d’exploitation, à cause de la présence d’un baiser lesbien, dans une douzaine de pays et territoires du Moyen-Orient et d’Asie à majorité musulmane, dont la Malaisie, le Liban, la Jordanie, l’Égypte, l’Arabie saoudite ou les Territoires palestiniens, Buzz l’Éclair s’est invité dans les cinémas marocains ce mercredi 22 juin 2022.

Ce spin-off de Toy Story racontera la vraie histoire du célèbre ranger de l’histoire qui prête ses traits au jouet iconique de la franchise. En effet, au Maroc, aucune interdiction n’a ciblé le dessin animé pour enfant, il sera diffusé dans les salles de cinéma dans différentes villes malgré les reproches faits au dessin animé qui ferait, selon ses détracteurs, la promotion de l’homosexualité auprès d’un jeune public.

Dans le film, le personnage d’Hawthorne salue sa compagne en l’embrassant sur la bouche. Un baiser lesbien qui permet de normaliser les relations homosexuelles, selon Pixar, mais qui crée une vague d’indignation sur les réseaux sociaux, Disney et Buzz l’Éclair étant accusés d’insulter les musulmans et l’islam. D’ailleurs, afin d’interdire la projection de ce film destiné aux enfants, une pétition a été signée par une centaine de personnes appelant à protéger l’enfance marocaine, ses valeurs et sa religion.

Parmi les signataires de cette pétition figurent Abdessamad Belkabir, acteur culturel et politique, Ezz Elarab Lahlou, président de l’Association marocaine pour la protection de l’enfance, l’universitaire Idris Maqboul, le militant salafiste Hassan El Kettani, président de l’Association des savants maghrébins, et Abdessamad Fathi, président de l’Instance marocaine de soutien aux causes de la Oumma. En outre, les internautes se sont également mis à attaquer les salles de cinéma marocaines qui selon eux «ont accepté la diffusion de scènes homosexuelles dans un dessin animé destiné aux enfants».

Ciné Atlas réagit
Ainsi, afin d’éviter que la polémique ne prenne de l’ampleur, Ciné Atlas a décidé de se prononcer sur le sujet. Sur sa page Facebook, le cinéma a bien précisé que le film a reçu un visa tout public pour le Maroc et que Ciné Atlas n’a aucun rôle de «censure».

«Très chers spectateurs, nous postons ce message inhabituel, car notre social média manager est harcelé de questions à propos de Buzz L’Éclair et de la polémique autour de ce film d’animation. Ciné Atlas n’est pas distributeur du film au Maroc».

Et d’ajouter: «Suite aux nombreux messages que nous avons reçus, nous avons interrogé la société qui distribue le film dans le Royaume, qui nous a confirmé qu’il a reçu un visa tout public pour le Maroc», explique Ciné Atlas.