Plus de 300 imams marocains envoyés dans plusieurs pays occidentaux

Un modèle à suivre en matière de diplomatie religieuse


Chaque année, à l’avènement du mois sacré de Ramadan, le Maroc jette des ponts de coopération religieuse avec les pays occidentaux qui abritent la diaspora marocaine. C’est pour le moins une vieille tradition par laquelle le Royaume cherche à renforcer son rapprochement culturel avec l’Occident. Contrairement à certaines voix malveillantes qui font croire à une volonté du Maroc d’exporter l’Islam, cette coopération considérée comme un modèle inédit de tolérance en matière de diplomatie religieuse vise, en premier lieu, à accompagner les Marocains établis à l’étranger pour accomplir ce mois béni dans les meilleures conditions tout en respectant le contexte politique et confessionnel de chaque pays. L’Espagne a été le premier pays européen à recevoir, lundi 11 mars 2024, la première délégation de ces imams composée d’une cinquantaine de prédicateurs dont fait partie des femmes mourchidates.


Les imams marocains sont appelés à couvrir plusieurs régions espagnoles en coordination avec la Fédération de l’union des mosquées d’Espagne. A la veille de leur départ, les imams, sélectionnés par le ministère des habous et des affaires islamiques selon des critères draconiens comprenant entre autres la compétence religieuse et la maitrise de quelques langues étrangères, ont été rassemblés à Rabat dans le cadre d’une rencontre de communication organisée au sein de l’Institut Mohammed VI de formation des Imams. À l’image des années précédentes, le ministère des habous en collaboration avec la Fondation Hassan II pour les MRE a constitué une délégation de plus de 300 imams, prédicateurs et réciteurs du Saint-Coran dans le but de mener des causeries religieuses tout au long du mois sacré. Cette opération est destinée à répondre à la demande et aux attentes des Marocains résidant dans plusieurs pays comme la France, l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Espagne, l’Italie, la Belgique, le Canada, les États Unis, la Suède, le Danemark, le Royaume uni, la Hongrie, la Norvège et l’Islande en fournissant un soutien spirituel essentiel aux MRE durant le mois du jeune.

Le ministère des Habous et des affaires islamiques a veillé à répartir les imams en question sur les différents pays européens, sur la base de l’accord paraphé avec les ambassades et consulats du Royaume, ainsi qu’avec les instances en charge de la gestion des mosquées marocaines, considérées comme l’interlocuteur officiel dans ce contexte. Pour Ibrahim Abbar, directeur du pôle éducation et diversité culturelle à la Fondation Hassan II pour les MRE, cette opération religieuse et culturelle est une occasion pour l’entretien du lien avec la communauté marocaine et d’échanger sur les questions religieuses et sociales tout au long du mois sacré, soulignant que la Fondation a tenu à ce que ces formations scientifiques soient adaptées aux besoins réels exprimés par la communauté marocaine dans chaque pays.

Articles similaires