PLUIE DE PROCÈS POUR LA RAM EN FRANCE

REMBOURSEMENT DES BILLETS D’AVION

Un nouveau projet de loi est concocté à la va-vite pour protéger les intérêts économiques de la RAM en bafouant ceux des consommateurs.

La compagnie nationale aérienne, Royal Air Maroc, s’engouffre de plus en plus dans la crise. Depuis l’éclatement de la crise sanitaire du Covid-19 et la fermeture des frontières aériennes, la RAM a cloué au sol tous ses avions. En revanche, une question se pose avec acuité: les clients qui ont réservé leurs billets par avance, vont-ils être remboursés? Sur la toile, les consommateurs s’activent sur les blogs et les réseaux sociaux pour défendre leurs intérêts.

Face à une telle mobilisation, la direction générale reste sourde à leurs doléances. Le seul communiqué officiel touchant la compagnie nationale provient de ses pilotes, qui, dans le cadre de leur Association nationale, ont fait part de leur déception et amertume face à l’absence de la direction et son incapacité à trouver des solutions à ses problèmes.

En même temps, une association française des consommateurs s’apprête à assigner en justice la compagnie nationale aérienne. Il s’agit de l’Union fédérale des consommateurs (UFC) qui affirme avoir réceptionné plus de 15.000 plaintes dont plusieurs centaines sont dirigées contre Royal Air Maroc.

L’association française déclare avoir entamé les démarches à l’amiable avec plusieurs compagnies aériennes mais une vingtaine d’entre dont Royal Air Maroc n’ont pas réagi à ses courriers. D’où sa décision de recourir à la justice pour faire valoir les droits des consommateurs.

Absence de la direction
Selon l’association, ces compagnies ont ignoré la mise en demeure et continuent de violer la réglementation en imposant aux passagers des bons d’achat en guise de remboursement de leur vol annulé. Des pratiques qui enfreignent la réglementation européenne. En vertu de cette réglementation, les compagnies doivent proposer en premier choix au consommateur le remboursement du billet, dans un délai de 7 jours, au prix auquel il a été acheté.

Cette action en justice semble néanmoins se heurter à un projet de loi qui vient d’être approuvé à la Chambre des représentants. Ce projet de loi, présenté par le ministère marocain du Tourisme vise à permettre aux opérateurs touristiques et aux compagnies aériennes de ne plus devoir rembourser les billets d’avion annulés en pleine crise de Coronavirus. Objectif: sauver la compagnie nationale d’une faillite inévitable.

Le nouveau texte, concocté à la va-vite pour protéger les intérêts économiques de la RAM en bafouant ceux des consommateurs, porte plus globalement sur les réservations de voyage, les séjours touristiques et le transport aérien qui ont été annulés entre le 1er mars et le 30 septembre 2020 à cause de la crise sanitaire du Coronavirus.

Beaucoup pensent qu’un tel projet de loi vise à surprotéger Royal Air Maroc et tous les opérateurs touristiques contre les pauvres consommateurs qui ont payé leurs billets sans pouvoir être remboursés alors que la prestation pour laquelle ils ont payé a été purement et simplement annulée. Une telle injustice risque de ternir l’image du Maroc à l’international alors qu’il s’apprête à développer le tourisme pour sauver son économie.